Mali: le CICR dénonce une dégradation de la sécurité de son personnel

Equipe chirurgicale du CICR au Mali (archives).
© CICR/Alpha Macky Oumar Kane

Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a annoncé, dans un communiqué publié mercredi, la suspension d'une partie de ses activités dans la région de Kidal, dans le nord du Mali. Une suspension qui affectera des activités telles que la distribution de nourriture, de matériel et qui risque de retarder plusieurs projets en matière d'accès à l'eau et d'assainissement. En cause : des conditions de sécurité de plus en plus incertaines. Le CICR continuera tout de même à assurer ses activités de chirurgie d'urgence à l'hôpital de Kidal.

Dans la nuit de dimanche à lundi, une de nos résidences à Kidal dans laquelle dormaient quelques-uns de nos expatriés a été attaquée et cambriolée par des hommes en armes. Les individus ont même tenté de forcer les portes des chambres des délégués du CICR. Il nous faut un certain temps de réflexion, il nous faut un temps de repos pour les personnes qui ont été choquées à l’intérieur de notre résidence. Il nous faut un temps de discussion avec les autorités locales. De manière générale, le CICR a souffert de quatorze incidents de sécurité graves au Mali en 2017 contre deux seulement en 2016. Ceci démontre une claire détérioration de la situation au niveau de la criminalité, et particulièrement à Kidal où, à quatre reprises, nos locaux ont été cambriolés. Mais nous avons bon espoir de retrouver un niveau de sécurité suffisant et un respect suffisant de l’action humanitaire neutre du CICR
Jean-Nicolas Marti, chef de la délégation du CICR au Mali
20-10-2017 - Par Clémentine Pawlotsky