Ouganda: l'opposant Kizza Besigye est sous les verrous

Kizza Besigye devant la presse à Kampala, le 13 février 2016.
© Isaac Kasamani / AFP

L’opposant historique Kizza Besigye a été arrêté ainsi que deux autres membres de son parti, le FDC. Kizza Besigye devrait être poursuivi pour tentative de meurtre a déclaré la police ce vendredi. Ceci fait suite à des manifestations violentes qui ont eu lieu mercredi dans l’arrière-pays et qui ont conduit à la mort d’un jeune homme. Au cœur des polémiques, la modification de la Constitution.

A l’arrivée de Kizza Besigye, un cortège spontané s’est formé et des confrontations ont éclaté entre les manifestants et les forces de l’ordre. La police affirme que l’opposition a mobilisé une manifestation de manière illégale. Le porte-parole Asan Kasingye assure ce vendredi que Kizza Besigye devrait être poursuivi pour tentative de meurtre.

Du côté de l’opposition, l’émotion est vive alors que l’ancien candidat à la présidentielle était toujours détenu ce vendredi soir. Le secrétaire général du FDC, Nandala Mafabi a quant à lui dénoncé lors d’une conférence de presse les agissements des forces de l’ordre. « La police est censée assurer la sécurité de tous » a-t-il déclaré. Il a même menacé de poursuivre certains éléments de la police devant la justice pour leurs actions jugées inconstitutionnelles - notamment pour le non respect de la liberté d’expression et d’association.

Ces évènements interviennent dans un climat politique tendu dans le pays. La question de la suppression de l’âge limite du candidat à la présidentielle divise. Le député de l’opposition et chanteur Bobi Wine qui plaide contre cette mesure a été interdit de concert cette semaine. Du côté de la presse, Reporters sans frontières (RSF) dénonçait mardi le harcèlement subi par deux publications ougandaises.