Republier
Burkina Faso

Burkina Faso: une vidéo menaçante de Simon Compaoré suscite la polémique

Simon Compaoré en janvier 2014.
© AFP PHOTO / AHMED OUOBA

Au Burkina Faso, Simon Compaoré fait le buzz sur les réseaux sociaux avec une vidéo qui le montre au domicile d'un député d'opposition pour le rassurer sur sa sécurité. Sauf que sur ces images, le ministre d'Etat, qui n'est pas un militaire, tient entre ses mains une arme de guerre.

Dans cette vidéo, on peut voir le ministre burkinabè de la Sécurité, Simon Compaoré, vêtu d'un gilet pare-balles de couleur blanche, une Kalachnikov entre les mains. Entouré des membres de la famille d'un député d'opposition, Ladji Coulibaly, il tient un discours menaçant à l'égard de manifestants qui se sont rendus chez eux.

« Ils vont répondre devant la justice et seront chicotés [fouettés, punis] », déclare-t-il. Il poursuit en insistant sur le fait que « le pays est gouverné ». Le ministre de la Sécurité demande même à ses interlocuteurs s'il a « l'air d'un plaisantin ».

Simon Compaoré prévient qu'il fera arrêter Zéphirin Diabré, le chef de file de l'opposition, car il serait informé des manifestations, en sa qualité de président de l'Union pour le progrès et le changement (UPC), premier parti d'opposition à l'Assemblée nationale.

Le ministre de la Sécurité s'est rendu au domicile de ce député de l'UPC qui s'est dit menacé par les militants de leur propre parti. En effet, treize élus de l'UPC ont quitté leur groupe parlementaire et en ont formé un nouveau au sein de l'Assemblée nationale. Une attitude qui n'est pas du goût des militants, lesquels ont décidé de faire le tour des domiciles des députés frondeurs pour signifier leur mécontentement.

Pour eux, la création d'un nouveau groupe parlementaire au sein d'un même parti s'apparente à une trahison. Ces militants soupçonnent même le parti au pouvoir, le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP) d'avoir suscité cette crise au sein de l'opposition.

« Cowboy »

Simon Compaoré fait désormais le buzz sur les réseaux sociaux et les médias en ligne avec cette vidéo. Chacun y va de son petit commentaire. La plupart des internautes s'interrogent sur les raisons de ce comportement de « cowboy » ou de « Django ».

De nombreux internautes souhaitent voir le ministre dans le nord du pays pour en découdre avec les terroristes au lieu de menacer de simples militants d'un parti politique avec une arme de guerre.

Plusieurs photomontages avec les images du ministre de la Sécurité, avec des armes de guerre en main et des ceintures de munition, ont circulé sur Internet. Simon Comparoé est tourné en dérision et certains réclament même sa démission du gouvernement.

Un internaute estime qu'il existe une crise de confiance entre le ministre et ses hommes. Autrement, comment expliquer ce déplacement au domicile d'un député en pleine nuit avec un gilet et une arme de guerre entre les mains ?

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.