Présidentielle au Liberia: les contestations se multiplient

A Monrovia, une affiche appelle à des élections apaisées au Liberia pour le mardi 10 octobre 2017.
© Zoom DOSSO / AFP

Au Liberia, les contestations à la présidentielle se multiplient. Le parti au pouvoir, le Parti de l'unité, conteste les résultats du 1er tour du 10 octobre dernier. Le parti d'Ellen Johnson Sirleaf s'associe au Parti de la liberté.

Ce dimanche 29 octobre, la direction du Parti de l'unité a publiquement dénoncé un mandat marqué par « la corruption, le gaspillage, le népotisme et l'application d'une justice sélective », lit-on dans un communiqué. On sent donc que le parti est profondément divisé : le vice-président, Joseph Boakai, crédité de 29 % des voix au premier tour, prend clairement ses distances avec Ellen Johnson Sirleaf, la présidente sortante.

Dans un tel contexte, le parti de l'Unité estime qu'il y a eu des fraudes lors du premier tour du 10 octobre dernier. Wilmon Taye, le président du Parti de l'unité, parle d'une « fraude systématique et à grande échelle ». « Nous réaffirmons notre solidarité avec le Parti de la liberté. Ce parti se sent offensé et a des raisons de penser que le scrutin du 10 octobre a été entaché par un système de fraudes massives et systématiques. Nous recevons beaucoup d'informations de personnes détenant de fausses cartes d'électeurs. Donc la Commission électorale et la présidente ne sont plus crédibles », affirme-t-il.

Le parti dénonce une « interférence directe » entre la Commission électorale et la présidente Ellen Johnson Sirleaf. Le parti lui reproche notamment d'avoir rencontré des responsables de la Commission électorale avant l'élection. « La conduite de la présidente relève d'un acte d'intimidation », dénonce le Parti de l'unité. Pas de réaction pour l'heure de la présidente sortante à ces critiques, ni même de la commission électorale qui s'apprête à organiser un second tour dans un contexte très tendu.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.