Republier
Erythrée

Erythrée: manifestation d'étudiants d'une école islamique

Vue aérienne d'Asmara, la capitale de l'Erythrée.
© REUTERS/Thomas Mukoya

C'est un événement inédit qui s'est déroulé mardi après-midi 31 octobre à Asmara, capitale de l'Erythrée. Plusieurs dizaines de collégiens, élèves d'une école islamique fermée par les autorités il y a deux semaines, ont manifesté devant le bureau du tout-puissant président, Issayas Afeworki. Une manifestation immédiatement réprimée par la police.

Deux heures de l'après-midi, mardi, dans le quartier d'Akhria. Un groupe d'une cinquantaine de collégiens et leur famille se dirige vers le centre-ville d'Asmara. Leurs slogans réclament la réouverture de l'école islamique al-Diaa, fermée d'autorité par le gouvernement et dont le très respecté directeur, le nonagénaire Haji Musa, a été arrêté avec ses professeurs le 27 octobre, et qui est détenu depuis dans la prison centrale d'Asmara.

Les manifestants parviennent à rejoindre le palais présidentiel, où ils se heurtent aux forces de sécurité. Des tirs, des affrontements éclatent. Les protestataires se replient sur leur quartier, aussitôt bouclé par la police. Un couvre-feu a été imposé dans la capitale, qui était désertée mardi soir.

Selon nos confrères de Radio Erena qui ont révélé l'information, c'est un événement rare dans ce pays ermite. Mais la tension montait depuis quelques mois, alors que les autorités cherchent à reprendre le contrôle des quelques écoles confessionnelles, musulmanes et orthodoxes, qui continuent leur activité malgré l'hégémonie du gouvernement.

Il faut dire aussi que Haji Musa est le frère de l'un des fondateurs du Front de libération de l'Erythrée, le mouvement de guérilla indépendantiste rival que les dirigeants actuels de l'Erythrée ont combattu en même temps que les forces d'occupation éthiopienne.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.