Recrudescence d'attaques dans le centre du Mali

Soldats de la force française Barkhane, casques bleus de la Minusma, et soldats de l'armée malienne, lors d'une mission conjointe dans la région de Gao (photo d'illustration).
© RFI/David Baché

Un civil et cinq militaires maliens ont été tués mardi 31 octobre dans le centre du Mali, par de présumés jihadistes.

C'est d'abord le convoi d'un député malien, Abdrahamane Niang, et par ailleurs président de la Haute Cour de justice, qui a été attaqué par des hommes armés. Il se rendait dans son fief de Ténenkou au centre du Mali. Une partie de sa famille, ses deux gardes du corps, ont pu se tirer d'affaire lors de l'attaque, mais son chauffeur, un civil, a été tué par les assaillants. L'élu a rapidement demandé de l'aide et deux missions de l'armée se sont rapidement mobilisées.

Direction le lieu de l'attaque. La première mission arrive sur place et il est alors demandé à la seconde mission de rebrousser chemin. C'est sur le chemin de retour que le véhicule de l'armée a sauté sur une mine : cinq soldats maliens ont été tués. Des renforts ont été tout de suite dépêchés sur place.

Dans les deux cas, les assaillants seraient des jihadistes. La situation sécuritaire dans le centre du Mali reste préoccupante. Des villages sont quasiment assiégés par de présumés jihadistes, et à des endroits où il n'y a pas la présence de l’Etat, ils imposent leur loi.