La Côte d’Ivoire veut attiser l’intérêt des Ivoiriens de l’étranger

Vue du Plateau, le quartier d'affaires d'Abidjan, dans la baie de Cocody.
© RyansWorld / Wikimedia commons

Comment faire en sorte que la diaspora ivoirienne participe davantage au développement économique de la Côte d’Ivoire ? Depuis l’arrivée au pouvoir d’Alassane Ouattara en 2011, les autorités multiplient les initiatives pour tenter de susciter l’intérêt des Ivoiriens de l’étranger. La question a été une nouvelle fois abordée lors d’une rencontre, ce jeudi, entre la presse et la direction générale des Ivoiriens de l’extérieur. La diaspora ivoirienne est estimée à plus de 1,2 million de personnes soit plus de 5 % de la population de leur pays d'origine. Elle est établie en majorité en Europe et aux Etats-Unis.

La diaspora ivoirienne contribue à seulement 1,1 % du produit intérieur brut (PIB) de la Côte d'Ivoire. Pourtant, elle constitue un capital humain non négligeable pour son pays d'origine, comme l'explique Issiaka Konaté, directeur général des Ivoiriens de l'extérieur au sein du ministère ivoirien de l'Intégration.

« On a une diaspora très variée de plusieurs profils scientifiques, des personnes d'excellent niveau. Ce sont ces personnes-là auxquelles nous faisons appel, de sorte que même si elles ne prennent pas la décision de revenir - parce qu'une décision de retour, c'est une décision qui est réfléchie -, elles fassent un retour circulaire ; qu'elles reviennent régulièrement, qu'elles restent attachées fondamentalement à leur pays. Il faut que cette diaspora voie de quelle manière elle peut mieux aider son pays. »

Ce n'est que depuis 2013 avec la création de la Direction générale des Ivoiriens de l'extérieur que la Côte d'Ivoire tente véritablement de tisser des liens avec ses ressortissants à l'étranger. L'urgence désormais est de trouver des solutions pour les aider à investir dans leur pays d'origine.

« Nous avons retrouvé avec les Ivoiriens de l'extérieur beaucoup de projets intéressants qui peuvent créer des emplois. Mais faute de financements, ces Ivoiriens de l'extérieur peuvent avoir du mal à mettre en place ces différents projets, ajoute Issiaka Konaté. Et donc, notre ambition, c'est de mettre en place un dispositif d'appui à ce genre d'investissements afin que ces investissements productifs puissent bénéficier à la Côte d'Ivoire. »

De quoi potentiellement aiguiser les appétits.