Republier
Afrique du Sud

Afrique du Sud: la Platinum Belt à nouveau théâtre du meurtre de mineurs

La mine de platine de Marikana, Afrique du Sud, où 34 mineurs avaient été tués par la police en 2012.
© Dean Hutton/Bloomberg via Getty Images

En Afrique du Sud, la « Ceinture de Platine » (« la Platinum Belt »), la région minière située au nord-ouest de Johannesburg est de nouveau en proie à des violences, notamment autour de la mine de Marikana, où 34 mineurs avaient trouvé la mort sous les balles de la police en 2012. Une dizaine de mineurs auraient été abattus dans la région des mines de platine ces derniers mois. Le ministre de la Police promet une enquête approfondie alors que le président du syndicat indépendant Amcu, la principale organisation du secteur, est pointé du doigt.

Une dizaine de mineurs auraient été abattus dans la région des mines de platine ces derniers mois, alors que d'autres ont choisi de fuir le secteur par peur de représailles.

L'influence exercée dans la région par le syndicat indépendant Amcu est mise en cause. Son président, Joseph Mathunjwa, est accusé d'exercer un contrôle sans partage sur l'organisation et de se servir des grands rassemblements syndicaux pour désigner ses adversaires et inciter à la violence.

Les responsables du syndicat Amcu affirment au contraire que ces meurtres ont été commandités pour déstabiliser leur organisation. Pour tenter d'apaiser les esprits, ils ont embauché un enquêteur privé chargé de faire toute la lumière sur les récents assassinats. Le syndicat promet même une récompense de 12 000 euros à quiconque apportera des informations permettant d'arrêter un meurtrier.

De son côté, le ministre de la Police assure que « personne n'est au-dessus des lois » et que « toute la vérité sera bientôt faite » autour de cette série d'assassinats.