Nigeria: un otage britannique tué, trois autres libérés

Ian Squire et trois autres Britanniques avaient été enlevés à Warri, la plus grande ville de l'État du Delta, sur le delta du Niger. (Photo d'illustration)
© AFP PHOTO / PIUS UTOMI EKPEI

Un Britannique, Ian Squire, retenu en otage au Nigeria a été tué, tandis que trois autres ont été libérés et ont pu rentrer chez eux, a annoncé ce lundi 6 novembre le ministère britannique des Affaires étrangères.

ll y a un peu d'un mois, quatre ressortissants britanniques étaient enlevés dans le delta du Niger, dans le sud du Nigeria. Le ministère britannique des Affaires étrangères vient d'annoncer que l'un d'eux a été tué, tandis que trois autres ont été libérés et ont pu rentrer chez eux. Beaucoup de flou entoure encore cette prise d'otages.

Les autorités britanniques, qui ont annoncé cette information, laissent filtrer très peu d'informations jusqu'ici. Seule certitude : l'un des quatre otages enlevés le 13 octobre dernier dans le sud du Nigeria a été tué, les trois autres ont été libérés au terme de négociations, selon le Foreign Office, le ministère des Affaires étrangères britanniques.

Qui a négocié avec les ravisseurs ? Quand est-ce qu'un des otages britanniques, Ian Squire, a été tué et dans quelles circonstances ? Toutes ces questions et beaucoup d'autres, à savoir si une rançon a été payée ou non... Beaucoup de questions sont encore sans réponse pour le moment.

Les quatre Britanniques - Ian Squire, Alanna Carson, David Donovan et Shirley Donovan, avaient été enlevés le 13 octobre dans le sud du Nigeria. Ils étaient tous des missionnaires d'une organisation caritative chrétienne. Ils avaient été enlevés près de Warri, dans l'Etat du Delta, une région riche en pétrole, théâtre depuis des années d'une insurrection sécessionniste et où les enlèvements pour rançon sont monnaie courante.

Les familles des anciens otages rentrés sains et saufs n'ont pas caché leur soulagement, dans un communiqué rendu public par le Foreign Office. Ils remercient la représentation diplomatique britannique dans ce pays, ainsi que les autorités nigérianes pour leur rôle dans la négociation qui a conduit à la libération des leurs.