Drame d’Eseka au Cameroun: les responsables présumés face à la justice

Choqués, des passagers du train intercités quittent les lieux de l'accident, le vendredi 21 octobre 2016 à Eseka, au Cameroun.
© STRINGER / AFP

Le procès des responsables présumés de la catastrophe ferroviaire d'Eseka, en octobre 2016, s'est ouvert mercredi 8 novembre au Cameroun. Le déraillement d’un train avait fait 79 morts et plus de 600 blessés. A la barre lors de cette première audience, des victimes de la catastrophe et un expert ferroviaire qui accuse la compagnie Camrail de défauts techniques connus par l'entreprise avant le drame.

Plus de 15 personnes se sont retrouvées dans le box, des prévenus, à la date d’aujourd’hui. Les motifs sont nombreux: homicide involontaire, activités dangereuses, imprudence et négligence.
Me Guy Olivier Moteng, membre d'un collectif d'avocats défendant certaines victimes
10-11-2017 - Par Constance Léon

L'affaire a été ajournée au 22 novembre, date à laquelle d'autres témoins de l'accusation seront auditionnés.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.