Le Burkina Faso compte sur sa diaspora en Côte d’Ivoire pour relancer l’économie

Le Burkina Faso attend de sa diaspora en Côte d'Ivoire qu'elle investisse. Ici, une vue du quartier du Plateau, le quartier d'affaires d'Abidjan, capitale de la Côte d'Ivoire.
© AFP PHOTO/Sia Kambou

Le forum Diaspo Invest et les journées de promotion économique et commerciale du Burkina Faso (JPEC) se sont ouverts vendredi 10 novembre à Abidjan. Pendant quatre jours, une centaine d'exposants fera la promotion du pays auprès de la communauté burkinabè émigrée en Côte d'Ivoire. Ouagadougou compte sur les investissements de la diaspora pour relancer l'économie du pays.

Retroussant les manches de sa tunique « faso dan fani », le pagne tissé burkinabè, le Premier ministre n'hésite pas à se transformer en agent commercial de son pays pour convaincre les centaines de participants à venir investir leurs économies au Burkina Faso.

Convaincre les trois à quatre millions de « diaspos » de la Côte d'Ivoire dont le Burkina Faso a plus que jamais besoin pour booster la croissance et l'économie du pays, c'est le travail de Paul Kaba Thieba, qui ne manque pas d'arguments : « Nous allons créer des cellules spécialisées auprès du tribunal de grande instance pour réprimer les infractions économiques. Nous avons créé également des institutions spécialisées de financement telle que la banque agricole pour financer l’agriculture ».

Le forum compte sur la diaspora de Côte d’Ivoire en tant qu'investisseur, mais aussi en tant que consommateur des produits burkinabè.

« Il faut sensibiliser cette diaspora pour que, dans un premier temps, elle investisse dans le pays, mais aussi pour qu’elle puisse être le porte-parole de nos produits locaux dans leur zone de résidence qui se trouve en Côte d’Ivoire. La production du riz, de banane, de paprika, etc. tous ces produits-là sont exportables », argumente Issa Benjamin Baguian, directeur général de l'agence pour la promotion des exportations du Burkina Faso.

Avec un taux de croissance économique à 5,4 % pour 2016, le pays espère bien poursuivre sa reprise pour 2017. Pour cela, Ouagadougou compte sur le relais de croissance que peut constituer la diaspora si nombreuse en Côte d'Ivoire.