Republier
Gambie Justice

Gambie: le procès d’anciens agents des services secrets traîne en longueur

Entrée de Banjul, capitale de la Gambie.
© Wikimedia

A Banjul, le procès de neuf anciens agents de la NIA, les services secrets de l'ancien dictateur gambiens, devait être le procès symbolique de la transition post-Yahya Jammeh. Ils sont accusés de tortures à l'encontre d'opposants et du meurtre du leader politique Solo Sandeng. Mais depuis son début, il y a huit mois, le procès traîne en longueur.

Il y a tout d’abord eu des batailles sans fin autour des questions de procédures. Puis le changement de toute l'équipe du procureur, un changement contesté par les avocats de la défense, ce qui a conduit à une interruption du procès pendant plus de trois mois. Et enfin, une audience annulée à la suite de l'hospitalisation d'un des accusés.

Désormais, la juge Kumba Sillah-Camara espère enfin entrer dans le vif du sujet, et accélérer les choses, en siégeant désormais non plus une, mais deux fois par semaine. Les anciens agents doivent maintenant répondre à une série de nouveaux chefs d'accusation. Vingt-cinq, au total, pour lesquels ils ont tous plaidé non coupables. Et c'est désormais au tour des témoins d'être entendus.

Ce lundi, un ancien officier de la police, qui a assisté à l'arrestation des opposants avant leur transfert vers la NIA, a été soumis aux questions des avocats de la défense. Des questions posées sans grande conviction, et qui n'ont pas vraiment fait avancer l'affaire. L'audience devrait se poursuivre ce mardi, puisque les avocats du principal accusé, le chef des services de renseignement, étaient absents pour la seconde fois.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.