La pneumonie tue un enfant toutes les heures au Mali

Un enfant se fait vacciner contre la pneumonie.
© Claire Morin-Gibourg/RFI

La pneumonie tue plus de 900 000 enfants par an dans le monde, selon l'OMS. Au Mali, c'est la deuxième cause de mortalité après le paludisme, mais cette maladie est souvent prise à la légère. L'ONG Save the Children tire la sonnette alors que la saison d'épidémie commence.

La pneumonie, c'est d'abord un petit rhume, une toux, souvent négligée par les parents par manque d'information. Malheureusement, cela aboutit régulièrement à la mort pour plusieurs milliers d'enfants maliens.

Le Conseil Santé : les symptômes de la pneumonie

« Au Mali, il y a plus de 10 717 enfants affectés mortellement par cette maladie en 2015, ce qui représente une perte d’enfant de moins de cinq ans chaque heure », regrette Saleck Ould Dah, le responsable du plaidoyer pour Save the Children. « Ce qui est ahurissant, c’est qu’on n'en parle pas. »

Le vaccin contre la pneumonie est gratuit au Mali, et les antibiotiques sont accessibles dès 250 francs CFA. Pourtant, près d'un demi-million d'enfants de moins de 2 ans n'ont pas encore été vaccinés.

« Actuellement, l’accès au soin pose problème, dit le docteur Mamadou Berthé, médecin épidémiologiste à la direction nationale de la santé du Mali. Il est difficile pour les personnels de santé d’aller vers les populations dans les zones en commençant par Ségou, Mopti, Tombouctou, Gao, Kidal, et même une partie de la région de Koulikoro, car ils sont exposés à des braquages de moto, à des armes à feu etc. »

L'immensité du territoire malien ne facilite pas les choses. Le ministère de la Santé travaille à un plan de réponse décentralisé pour améliorer la couverture vaccinale.