Togo: les manifestations de la coalition de l'opposition se poursuivent

Des manifestants à Lomé, au Togo, lors de la mobilisation contre la réforme de la Constitution, le 20 septembre 2017.
© Anne Cantener/RFI

Les manifestations de la coalition de l'opposition se poursuivent au Togo. Et ce samedi 18 novembre, les manifestants toujours nombreux, ont envoyé un message à l'endroit des forces de défense et de sécurité.

La foule était encore monstrueuse, munie de roses et branchages dans les rues de Lomé, samedi, dernier rendez-vous d'une série de trois jours de manifestation. Le ministre de la Sécurité estime les manifestants à 16 500 ou 18 000 ; les manifestants ont marché pendant plus de 4 heures à travers une partie de la capitale jusqu'à la plage. Une seule déclaration a été lue à l'endroit des forces de défense et de sécurité par le professeur Komi Wolou, « vous êtes nos frères et cette lutte que nous menons n'est dirigée contre personne. » Puis, « conformément à la constitution togolaise, toute torture, toute violation manifeste des droits de l’homme même soutenue par la supérieur hiérarchique, engage personnellement son auteur. »

À la fin du meeting de clôture, Brigitte Kafui Adjamagbo-Johnson a invité les manifestants à lever leurs roses et branchages en signe de fraternité et solidarité à l'endroit des forces de défense et de sécurité. A son habituel point de presse autour de la journée de manifestation, la réponse du ministre de la Sécurité, Damehame Yark, ne s'est pas fait attendre, elle était sibylline mais avec tout son sens : les forces armées togolaises sont loyales et républicaines, a-t-il dit.