Republier
RDC

RDC: rafle de jeunes opposants dans la commune de la Kenya?

Une rue de Lubumbashi, dans la province du Haut-Katanga, 2016 (photo d'illustration).
© JUNIOR KANNAH / AFP

Chasse à l'homme lundi 20 novembre dans la commune de la Kenya, à Lubumbashi. Des unités de la police ont arrêté plusieurs jeunes soupçonnés d'appartenir à l'opposition, selon le Rassemblement des forces acquises au changement. Faux, a rétorqué le chef de la police du Haut-Katanga qui a parlé des inciviques trouvés avec des stupéfiants.

Des témoins sur place affirment que l'opération a été déclenchée après une parade des unités de la police tout près de la basilique Sainte Marie. Selon les mêmes sources, les agents de l'ordre déployés dans la commune ont procédé aux interpellations des jeunes, filles et garçons, qu'ils rencontraient sur la voie publique.  Jusqu'au soir, ont encore expliqué des habitants de Lubumbashi, des véhicules de la police étaient visibles dans la commune.

« Il y a seulement quelque sept jeunes, des fumeurs de chanvre, qui ont été arrêtés », a réagi le commissaire provincial de la police pour le Haut-Katanga. En effet, joint au téléphone, le général Paulin Kyungu a affirmé détenir des preuves de cette accusation. Et, selon cet officier supérieur, il n'y a aucune raison politique derrière les arrestations opérées lundi dans la commune de la Kenya, le fief des partisans de Gabriel Kyungu, ancien allié du président Kabila aujourd'hui coordonnateur du Rassemblement de l'opposition pour le Grand-Katanga. « Fumeurs de chanvre, terroristes », sont des termes utilisés par les autorités pour désigner les militants de l'opposition, a déclaré Gabriel Kyungu.

La Monusco a promis d'enquêter sur la situation. Avant la commune de la Kenya, des unités de la police étaient d'abord déployées dans le quartier Matshipisha, réputé fief de l'UDPS.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.