Republier
RDC

RDC: rapport de la Cenco sur l'avancement du processus d'enrôlement

Membres de la Cenco congolaise, en décembre 2016, à Kinshasa (photo d'archives).
© REUTERS/Thomas Mukoya

La Cenco a présenté un rapport lundi 20 novembre sur l'avancement du processus d'enrôlement en RDC. A ce jour, Plus de 44 millions d'électeurs sont enregistrés. Reste à finaliser l'opération dans le Kasaï, le Kasaï-Central, et deux territoires voisins. Le calendrier électoral prévoit la fin de l'opération pour le 31 janvier 2018. Mais dès lundi, les évêques congolais ont partagé le travail de leurs quelque 300 observateurs sur le terrain. Une opération d'autant plus importante que la nouvelle loi électorale qui doit être adoptée sous peu prévoit que désormais le partage des sièges aux législatives se fasse sur la base de ce fichier et non plus en fonction du nombre d'habitants.

Le tableau dressé par la Cenco n'est pas alarmant. Globalement, les agents de la Céni chargés de l'enrôlement ont été bien formés, le matériel correctement déployé et  les observateurs bien accueillis - à l'exception notable du Kwilu où le représentant de la Céni a refusé de les accréditer. La Cenco a toutefois relevé certaines faiblesses qui l'inquiètent.

D'abord le délai : l'insécurité au Kasaï ne saurait expliquer le retard pris dans les autres provinces, soulignent les évêques. Ils déplorent aussi l'absence de chronogramme précis, ce qui a compliqué la tâche des observateurs, et regrettent que la Céni ait mis en place un appel d'offres chronophage pour l'acquisition du matériel. C'est la loi, a répondu le président de la commission électorale.

Sur le fichier à proprement parler, les observateurs de la Cenco s'inquiètent de la présence de doublons sans pouvoir dire dans quelles proportions et relèvent des cas d'électeurs autorisés à s'inscrire sans document d'identité valable, parfois même des mineurs.

Une appréciation « prématurée », a réagi le président de la Céni. Il assure que tout est prévu pour nettoyer le fichier dans un second temps. Trop insister sur les faiblesses du fichier électoral est « contre-productif », prévient-il, « car du consensus autour ce fichier dépend la crédibilité de l'élection et aussi le respect du calendrier ».

Le président de la Céni a tout de même soulevé « un point critique » en ce qui concerne le respect des délais. Il estime avoir encore besoin de 66 millions de dollars pour finaliser le fichier électoral. Et dit avoir besoin de cet argent avant la fin du mois de novembre pour rester dans les clous du calendrier.

Les discussions, les débats, autour de pourquoi décembre, pourquoi le 23, c'est un débat qui est passé derrière nous...

Réaction de la Céni: Corneille Nangaa
20-11-2017 - Par Florence Morice

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.