H. Cohen: au Zimbabwe, Mnangagwa va assurer une transition vers la démocratie

Robert Mugabe, ici en juin 2008 lors de sa réélection pour un sixième mandat dans un climat tendu (photo d'illustration).
© AFP PHOTO / Alexander Joe

Dans les années 1990, Herman Cohen a été le «monsieur Afrique» de George Bush senior, au poste de sous-secrétaire d'Etat américain aux Affaires africaines. A ce titre, il a pratiqué les responsables politiques du continent africain, notamment le président démissionnaire du Zimbabwe, Robert Mugabe. En ligne de Washington, il répond aux questions de RFI.

Herman Cohen. © Source : https://www.youtube.com

Rfi : Herman Cohen, comment réagissez-vous à la démission de Robert Mugabe ?

Herman Cohen : Mieux vaut tard que jamais. Il est resté beaucoup trop longtemps [au pouvoir]. Il a commencé à faire de la mauvaise politique en 1999, déjà. Il a tout fait pour détruire l’économie du Zimbabwe. Il a fait partir 2 millions de gens éduqués en Afrique du Sud. Donc il est très important qu’il parte.

N’a-t-il pas été un combattant de la liberté ?

Oui, tout à fait. Il a été un combattant de la liberté. Après cela il a été un très bon président jusqu’en 1999. Et après, il a tout détruit.

Cette période où il aide le Zimbabwe à accéder à l’indépendance – vous vous en souvenez – les Etats-Unis ont-ils joué un rôle peut-être contre lui, parce qu’il était soutenu par les Chinois et les Soviétiques, non ?

Non, le gouvernement américain n’a pas joué contre lui. Au contraire. Henry Kissinger – secrétaire d’Etat de Nixon et Ford – a fait beaucoup de pression sur le président de l’Afrique du Sud. C’est Kissinger qui a dit au président Vorster [président de l'Afrique du Sud en 1978-1979]: si vous ne voulez pas avoir beaucoup de difficultés aux Etats-Unis – vous-mêmes, avec votre apartheid –, il faut cesser votre soutien à Ian Smith [Premier ministre de la Rhodésie de 1964 à 1979]. Et c’est ce qu’il a fait. Donc j’attribue beaucoup de mérite au secrétaire Kissinger.

Donc Kissinger a convaincu Forster de lâcher Ian Smith ?

Tout à fait.

Pourtant, Robert Mugabe était soutenu par Pékin et Moscou !

Non. Quand il était président, il était un homme indépendant. Il n’appartenait pas au bloc soviétique dans la Guerre froide. Il était complètement non-aligné.

Lors de la première guerre d’Irak, en 1991 ?

C’est cela. Il a voté avec nous.

Et puis, arrive donc 1999.

Comme il était marxiste-léniniste, il ne voulait pas de secteur privé. Le secteur privé c’était surtout des agriculteurs blancs. Et il y avait des investisseurs qui voulaient venir établir des usines de production. Mais il a refusé, il les a découragés. Quand tous ces jeunes sont sortis de l’école, il n’y avait pas de travail. Il a commencé alors à perdre la popularité. Il ne comprenait pas pourquoi et il a décidé de faire un référendum en 1999. Il a perdu. Les gens ont voté contre lui. A partir de ce moment-là il est devenu fou.

Et à ce moment-là, les Etats-Unis ont-ils soutenu l’opposition et le MDC de Morgan Tsvangirai ?

Oui. D’abord ils ont commencé à faire des sanctions contre Mugabe, parce qu’il a pris les fermes des agriculteurs d’origine anglaise comme compensation. Et les Etats-Unis étaient avec les Anglais pour faire des sanctions contre Mugabe. A partir de ce moment les relations entre Mugabe et Washington étaient très mauvaises.

Donc pour vous c’était un marxiste-léniniste dogmatique ?

Tout à fait, dogmatique. J’ai écrit un livre sur les chefs d’Etat africains que j’ai connus. J’ai dit : c’est le dernier marxiste-léniniste qui soit encore au pouvoir dans le monde. Et pour lui le marxisme-léninisme, le parti au pouvoir – c’est-à-dire le parti communiste, le parti marxiste – doit rester au pouvoir. Tant que ce parti est élu, tant mieux, mais ce n’est pas admissible [quand] le parti perd une élection. Donc il a dirigé le pays comme ça.

Que pensez-vous du nouvel homme fort Emmerson Mnangagwa ?

D’abord il est vieux et malade. Donc il sait lui-même qu’il doit faire une transition. A mon avis, il va prendre la bonne décision. Il va faire une transition avec l’opposition vers un système démocratique et capitaliste.

Vous pensez qu’il est moins dogmatique que Robert Mugabe ?

Oui, tout à fait. Comme il est malade, il cherche pas lui-même à être au pouvoir très longtemps.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.