RCA: le Brésil prêt à renforcer la Minusca

Des casques bleus de la Minusca sécurisent un convoi sur la route de Bouar à Bangui, le 15 octobre 2017.
© FLORENT VERGNES / AFP

Il y a une semaine, le Conseil de sécurité des Nations unies renouvelait le mandat de la Minusca, l'opération de maintien de la paix en Centrafrique. Il autorise un renfort de 900 casques bleus en plus de l'effectif maximal jusque-là plafonné à 10 750 soldats. Des discussions sont en cours avec le Brésil.

Le Brésil est prêt à envoyer jusqu'à 1 000 soldats en Centrafrique au sein de la Minusca. L'annonce a été faite la semaine dernière par le ministre brésilien de la Défense, Raul Jungmann, en marge d'une réunion sur les opérations de maintien de la paix à Vancouver au Canada.

Les discussions sont en cours depuis plusieurs semaines déjà avec le département maintien de la paix de l'ONU dirigé par Jean-Pierre Lacroix. Mais le Brésil a une requête : il souhaite prendre le commandement militaire de la Minusca, comme il l'a fait pour la Minustah, l'opération des Nations unies en Haïti qui vient de s'achever. « Même sans le commandement, le Brésil participera, car nous avons des responsabilités pour la stabilité et la paix dans le monde », a toutefois déclaré le ministre au site brésilien Nexo.

Les Nations unies ne confirment pas l'information, mais selon des sources bien renseignées, l'ONU, qui ne peut compter sur des hélicoptères supplémentaires pour la Minusca, cherche surtout des troupes, efficaces, réactives, ayant des capacités logistiques autonomes, c'est-à-dire leurs propres moyens de transport.

Concrètement, une fois les discussions achevées, les Nations unies devront formellement inviter le Brésil qui de son côté devra faire ratifier cette participation éventuelle par son Parlement. Si les deux parties trouvent un terrain d'entente rapidement, un déploiement pourrait être envisagé avant avril 2018.