Migrations: les diasporas dénoncent l’attitude des Etats africains

Des migrants sur une base navale à Tripoli, après avoir été secourus en mer par la marine libyenne, le 4 novembre 2017.
© REUTERS/Ahmed Jadallah

L’avalanche de réactions se poursuit suite aux images, diffusées par CNN, de personnes vendues comme esclaves en Libye. Le Niger a ainsi demandé que la question migratoire soit débattue lors du sommet Union européenne-Union africaine qui se tiendra les 29 et 30 novembre prochains à Abidjan, en Côte d'Ivoire. Des voix s'élèvent également chez les diasporas africaines d'Europe pour que les dirigeants africains protègent leurs ressortissants et fassent mieux que de négocier des enveloppes d'aide au développement.

« Dans la région de Kayes, les centres de santé, les écoles… c'est la diaspora qui fait tout », peste Toudo Traoré, président de l'Union des Maliens de Montreuil. Son association finance des projets de développement vers le village de Kirané Kaniaga.

Les montants envoyés par les migrants en Afrique sont colossaux. Ils ont atteint 30 milliards d'euros l'année dernière, rien que pour l'Afrique subsaharienne, selon la Banque mondiale.

A côté de cela, les 4 milliards d'aide au développement, promis par l'Union européenne lors de son premier sommet avec l'Union africaine à La Valette en 2015 pour limiter l'immigration, semblent anecdotiques.

Cette politique commence à faire grincer des dents les diasporas qui ont le sentiment que le migrant devient une monnaie d'échange pour obtenir de l'aide au développement.

La récente proposition du président français Emmanuel Macron, de créer des hotspots, des centres de regroupement au Niger ou au Tchad, moyennant soutien financier, est la goutte d'eau qui fait déborder le vase.

« C'est de la sous-traitance de la misère », s'insurge ainsi Hamedi Diarra, président du Haut Conseil des Maliens de France qui rappelle que la diaspora de son pays participe pourtant à près de 80 % au financement du développement de son pays.

Migrants: Hamedi Diarra appellent les Etats africains à prendre leurs responsabilités
23-11-2017 - Par Gaëlle Laleix

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.