Republier
Cameroun

Cameroun: des députés réclament un débat sur la crise anglophone à l'Assemblée

Le Parlement camerounais, à Yaoundé.
© AFP

Au Cameroun, les députés du Social Democratic Front (SDF), parti d'opposition anglophone, ont perturbé la session parlementaire par des chants, jeudi 23 novembre. Ils demandent l'ouverture d'un débat dans l'hémicycle sur la crise anglophone. Le président de l'Assemblée nationale a donc suspendu les débats. Le SDF n'exclut pas de paralyser la vie parlementaire pour se faire entendre.

Quatre fois déjà, le SDF aurait demandé que la crise anglophone soit à l'ordre du jour des réunions de l'Assemblée nationale. N'y tenant plus, jeudi, les députés du parti ont refusé de débattre du budget 2018 tant que la question ne serait pas abordée.

« Il y a au moins 20 à 30% de l’économie camerounaise qui est bloquée à cause de cette crise, donc nous nous voyons mal en train de parler du budget de l’année prochaine, souligne Joshua Osih, vice-président du SDF. Il faut qu’il y ait débat, il faut apporter des solutions. Il faut qu’on oblige le bureau du Parlement à mettre sur pied une session spéciale sur la question de la crise anglophone. Cette crise est devenue un sujet tabou ! »

C'est la conférence des présidents de l'Assemblée nationale qui détermine les ordres du jour. Pour Issa Tchiroma-Bakary, porte-parole du gouvernement, c'est en toute indépendance que cette conférence officie. Au SDF maintenant de se soumettre à la règle démocratique. « Un démocrate doit s’incliner sur la volonté de la majorité. Toute la nation encourage le chef de l’Etat dans le cadre du dialogue qu’il a voulu national. Evidemment, comme tout parti politique de l’opposition à l’Assemblée, ce qu’ils recherchent c’est que les projecteurs de l’actualité soient braqués sur leur parti politique », estime-t-il.

Le SDF se dit prêt à mener des coups d'éclat pour se faire entendre, sans toutefois préciser la forme que prendraient ces actions.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.