Republier
Sénégal

Sénégal: les députés lèvent l’immunité du maire de Dakar, Khalifa Sall

Affiche pour la libération de Khalifa Sall, maire de Dakar et élu député en juillet dernier alors qu'il était en prison.
© SEYLLOU / AFP

Au Sénégal, Khalifa Sall n'a plus d'immunité parlementaire. Les députés l'ont voté à une large majorité tard samedi soir lors d'une séance plénière extrêmement tendue : 125 voix pour, 23 contre. Le député-maire de Dakar, en prison depuis huit mois, est soupçonné de détournements de deniers publics. La levée de son immunité ouvre la voie à un procès.

Pour Madické Niang, cadre du Parti démocratique sénégalais (PDS), leader de l'opposition et soutien de Khalifa Sall, ce vote est contraire aux règles démocratiques.

« J’ai mal, parce qu’aucune règle n’a été respectée… Je suis triste, je n’attendais pas ça de cette Assemblée, qu’on disait une Assemblée de rupture. Je me disais qu’ils feront tout pour donner à Khalifa Sall les droits que la Constitution lui concède. Le droit de se défendre est un droit sacré à toutes les étapes. On aurait dû suspendre les poursuites, l’entendre »

La décision des députés, ce samedi, satisfait en revanche les membres de la majorité. « Le Parlement a une majorité et le Parlement est adossé à cette majorité qui, aujourd’hui, s’est exprimée, non pas dans un principe mécanique, mais parce que simplement nous sommes convaincus que la justice doit faire son travail, explique Aymérou Gningue, président du groupe parlementaire de la majorité, la coalition présidentielle Benno Bokk Yakaar (BBY). Nous sommes convaincus que le Parlement ne doit pas être un obstacle pour l’expression de la justice dans ce pays parce que nous devons nous respecter. »

Conséquence de cette décision, rien n’empêche désormais la tenue d’un procès. Khalifa Sall, en tant que maire de Dakar, est soupçonné notamment de détournements de deniers publics. Il est en prison depuis le mois de mars.


Réactions dans le quartier de Médina, à Dakar, fief du maire incarcéré

Pour l’opposition, la levée de l’immunité du maire est illégale car la procédure n’a pas permis à Khalifa Sall de se défendre. Pour l’imam de l’une des mosquées du quartier de la médina à Dakar, Khalifa Sall aurait dû être auditionné en homme libre avant que l’Assemblée décide de lever son immunité.

« Si c’est pour lever son immunité parlementaire, seulement pour le traquer, personnellement je ne suis pas pour. Khalifa Sall a beaucoup œuvré en tant que maire de Dakar. En tout cas, je trouve que sa détention est illégale », estime-t-il.

Assane est, quant à lui, favorable à la levée de l’immunité du maire de Dakar.

« Du moment qu’il a eu à gérer des biens de l’Etat, c’est normal qu’il rende des comptes. Cela lui permettra aussi d’expliquer clairement ce qui s’est passé parce que s’il reste en prison, on ne sait pas réellement ce qui s’est passé », explique-t-il.

Pour Meissa Diou, habitant de la Médina, la tenue d’un procès prochainement dans l’affaire de la caisse d’avance de la mairie de Dakar, c’est peut être une bonne nouvelle pour Khalifa Sall.

« Si Khalifa Sall va vers un  procès, peut-être parviendra-t-il à remporter ce procès parce que, dans ce pays, il y a beaucoup de responsables qui sont là et qui jugent cela illégal. Je pense qu’il s’en sortira. Inch’Allah », espère-t-il.

Pour la majorité des habitants de la Médina, la levée de l’immunité parlementaire de Khalifa Sall n’a qu’un seul objectif, celui d’écarter le principal concurrent du chef de l’Etat à la présidentielle de 2019.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.