A Abidjan, lancement du Conseil africain des jeunes entrepreneurs francophones

Vue d'Abidjan le 31 août 2015. (Photo d'illustration)
© Jose Cendon/Bloomberg via Getty Images

Des entrepreneurs issus de 12 pays d'Afrique francophones s'allient pour fonder un réseau. Ce week-end a été officiellement lancé à Abidjan en Côte d'Ivoire le Conseil africain des jeunes entrepreneurs francophones, le CAJEF. Cette plateforme a pour objectif de promouvoir et soutenir l'entrepreneuriat pour notamment lutter contre le chômage et le sous-emploi des jeunes, considéré comme une des causes profondes de la migration irrégulière.

« Pour l'Afrique, voyons grand », c'est le slogan du CAJEF. Et pour voir grand, estime ZaoBoun Bahin son président, il faut encourager l'esprit d'entreprise en Afrique francophone. « Les jeunes francophones contrairement aux anglophones n’ont pas la culture de l’entrepreneuriat. Elle n’est pas développée en notre sein donc nous allons amener cette jeunesse-là à s’orienter vers le privé pour qu’elle ait des emplois et de la richesse », estime-t-il.

Réenchanter la jeunesse en créant des opportunités d'emploi via l'entrepreneuriat, Marcel Gnanguessy, entrepreneur burkinabè, en est convaincu, c'est une des clés pour lutter contre la migration irrégulière. « Si on permet aux jeunes d’auto-entreprendre, on verra que cette situation-là ne va plus se reproduire. Donc il faut encourager les jeunes à oser entreprendre, donc à l’intérieur de ces réseaux c’est de vraiment mettre les jeunes en relation, on aura des formations, des ateliers, pour pouvoir monter des entreprises, on pourra se prendre vraiment en main », décrit-il.

Le Conseil africain des jeunes entrepreneurs francophones a des relais dans 12 pays dont le Bénin, le Mali, ou encore la RDC et Madagascar, de quoi développer un large réseau d'affaires ajoute Marcel Gnanguessy. « Pour aller vite il faut être seul, mais pour aller bien loin il faut être à plusieurs. Si un entrepreneur en Côte d’Ivoire a besoin d’un produit au Burkina Faso, avec le CAJEF c’est plus facile, c’est toute une relation qui est en train d’être mise en place », explique-t-il. Le CAJEF espère s'étendre prochainement à d'autres pays africains francophones.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.