En RDC, les réfugiés burundais de Kamanyola tirent la sonnette d'alarme

Des réfugiés attendent une distribution de nourriture en RDC (photo d'illustration).
© Getty Images/Kuni Takahashi

En République démocratique du Congo (RDC), les réfugiés burundais de Kamanyola, dans l'est de ce pays tirent la sonnette d'alarme. Ce groupe constitué de quelques 2 500 personnes qui appartiennent à un mouvement religieux fidèle à la prophétesse Zebiya, a fuit le Burundi à la suite de violences policières et cela, bien avant la crise de 2015. Il a vu également 36 de ses membres tués par des militaires congolais à la mi-septembre lors d'une manifestation qui avait vu la mort d'un soldat. Ces réfugiés se disent menacés de représailles par le gouvernement congolais à partir de mercredi s'ils n'acceptent pas d'être enregistrés par un système biométrique, chose qu'ils disent refuser catégoriquement en raison de leurs croyances religieuses. Un de leurs représentants, Dionyse Nyandwi, répond aux questions de RFI.

Si on n'accepte pas la biométrie, le camp sera démantelé.
Dyonise Nyandwi, représentant des réfugiés burundais de Kamanyola
27-11-2017 - Par Esdras Ndikumana

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.