Politique africaine de la France: les enjeux du discours du président Macron

Le président français Emmanuel Macron est accueilli à l'aéroport de Ouagadougou, le 27 novembre 2017, par son homologue burkinabè, Roch Marc Christian Kaboré.
© REUTERS/Philippe Wojazer

Emmanuel Macron a atterri le lundi 27 novembre au soir à Ouagadougou, première étape d'une tournée africaine qui le conduira également en Côte d'Ivoire et au Ghana. Le moment très attendu au Burkina Faso est le discours de politique africaine que le président français prononcera ce matin à 10h30 heure de Ouagadougou (11h30 heure de Paris), devant quelque 800 étudiants (et en direct sur RFI).

Avec notre envoyé spécial à Ouagadougou, Christophe Boisbouvier

Il faut tout d'abord s'attendre à un discours fondé sur le partenariat économique, avec une jeunesse entreprenante dans tous les sens du terme. Emmanuel Macron préfère parler d’« entrepreneuriat » que d’« aide au développement ». Mais aussi peut-être aussi à un discours fondé sur ce que le président français appelle « la coresponsabilité » des chefs d’Etat africains.

Un exemple d’actualité : les migrants. Certes, l’Europe doit prendre sa part pour aider les jeunes Africains à trouver un emploi dans leur pays, mais les chefs d’Etat africains doivent peut-être y penser à l’avenir, et notamment à ce qu’il appelle « le planning familial » pour limiter les naissances. C’est un sujet qu’il a déjà évoqué au G20 de Hambourg en juillet et qui a fait polémique. On verra ce qu'il dira ce matin.

Exigence démocratique

Puis, on attend aussi un discours fondé sur l’exigence démocratique de la jeunesse africaine. Il y a trois ans, est tombé un autocrate ici à Ouagadougou, Blaise Compaoré, et c’est pour cela qu’Emmanuel Macron est dans la capitale burkinabè ce matin, c’est ce qu’il appelle « une jeunesse avide de démocratie ». Il l’a encore rappelé, hier soir, à son arrivée.

Deux autres autocrates sont encore tombés cette année : le Gambien Yahya Jammeh et le Zimbabwéen Robert Mugabe. Que dira-t-il à ce sujet ? C’est l’une des questions que se pose une société civile qui est ici très solidaire des opposants qui manifestent depuis quatre mois au Togo.


A NOTER Emmanuel Macron accordera, mercredi 29 novembre, un entretien à RFI et France 24, interview à suivre en direct sur RFI à partir de 18h30 TU (19h30 heure de Paris).

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.