Republier
Burundi

Le dialogue interburundais, sans l'opposition en exil, débute dans la douleur

Le facilitateur Benjamin Mkapa (photo d'archives).
© EBRAHIM HAMID / AFP

Le facilitateur dans la crise burundaise avait annoncé un quatrième et dernier round du dialogue interburundais qui devait commencer lundi 27 novembre et se clôturer dans deux semaines, le 8 décembre, par la signature d'un accord de sortie de crise devant les chefs d'Etat de la Communauté des Etats de l'Afrique de l'Est, qui l'ont mandatée. Cette session, annoncée comme « totalement inclusive », a commencé dans la douleur, car les difficultés n'ont pas tardé à voir le jour.

Il y a d'abord eu l'opposition en exil et la société civile indépendante, qui ont décidé de boycotter cette session parce qu'ils n'avaient pas été tous invités. Le facilitateur Benjamin Mkapa a donc décidé de reporter l'ouverture solennelle de cette session, pour mardi à 10 h locale, afin de permettre à ceux qui auraient changé d'avis de les rejoindre.

Au final, seulement deux ou trois ont franchi le pas, de quoi porter un coup au caractère « inclusif » de cette session puisqu'il n'y aurait qu'une vingtaine d'opposants, presque tous en provenance de Bujumbura, sur la centaine de délégués réunis à Arusha.

Puis, le pouvoir burundais s'est mis à son tour à ruer dans les brancards. Ses représentants ont vu rouge lundi soir en lisant le programme concocté par le facilitateur Benjamin Mkapa, car ils ne veulent pas entendre parler du mot « dialogue », ni de la signature d'un accord de sortie de crise à l'issue de ces deux semaines de discussions.

Mais surtout, Bujumbura a lancé un processus de révision de la Constitution qui doit permettre au président Pierre Nkurunziza de briguer deux nouveaux mandats de 7 ans à partir de 2020, il refuse tout net que cette question soit à l'agenda d'une session qu'il veut confiner dans les limites d'un simple « dialogue ».

Du coup, Mkapa n'a pu finalement lancer officiellement cette session qu'en milieu d'après-midi, après avoir discuté pendant des heures avec les délégués du pouvoir burundais.

Qu'ont-ils obtenu ? Personne ne sait, les journalistes présents sur place ont été chassés manu militari dès lundi soir.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.