Madagascar: fin de l’épidémie de peste en zones urbaines

Depuis trois semaines, aucun nouveau cas confirmé de peste pulmonaire en zone urbaine n'a été recensé a indiqué le Premier ministre malgache, Olivier Mahafaly (ici en 2016).
© RIJASOLO / AFP

A Madagascar les autorités ont annoncé la fin de l'épidémie de peste pulmonaire en zones urbaines. Une déclaration lundi après-midi 27 novembre du Premier ministre malgache. La flambée de peste qui a débuté au mois d'août a fait 202 morts, 2 384 cas ont été recensés. Cette année la maladie a été plus virulente, car contrairement aux années précédentes elle a touché les villes, notamment Antananarivo la capitale et Tamatave sur la côte est du pays.

Après deux mois de riposte, les autorités malgaches sont parvenues à mettre un terme à l'épidémie de peste qui sévissait dans les grandes villes. La capitale malgache a été la plus touchée avec plus de 400 cas. Mais depuis trois semaines, aucun nouveau cas confirmé de peste pulmonaire en zone urbaine n'a été recensé, a indiqué le Premier ministre malgache, Olivier Mahafaly : « La fin de l'épidémie de peste pulmonaire urbaine à Madagascar est déclarée. Toutefois nous devons rester vigilants étant donné que la saison pesteuse continue jusqu'en avril 2018. »

Un décret doit être pris prochainement en Conseil des ministres pour mettre en place un plan de lutte contre la peste et la collaboration avec l'Organisation mondiale de la santé continue a précisé le chef du gouvernement. Le but : éviter une nouvelle épidémie l'année prochaine. « Nous allons continuer à renforcer le système de santé, notamment la surveillance et surtout à améliorer les protocoles thérapeutiques, explique Charlotte Ndiaye, représentante de l'OMS à Madagascar. Si à chaque fois qu'il y a un cas de peste bubonique nous intervenons, nous arriverons à éviter toute chaîne de transmission. C’est ça aujourd'hui le maître mot : détection précoce et action immédiate. »

Les deux tiers des cas recensés cette année sont des cas de peste pulmonaire. Forme la plus contagieuse. Elle se transmet d'homme à homme par la salive et peut être mortelle en seulement 24 heures.