Daniel Safu: «Mon combat, c'est l'état de droit, la démocratie» en RDC

Le palais du peuple, le Parlement congolais: lle chef de la police de Kinshasa, le général Sylvano Kasongo, a recommandé à Daniel Safu de s'abstenir de «porter atteinte» aux autorités du pays.
© RFI/Sonia Rolley

En RDC, Daniel Safu est libre. Ce journaliste et éditorialiste, signataire d'un  manifeste citoyen qui demande le départ de Joseph Kabila avait été arrêté mercredi 28 novembre alors qu'il se trouvait à une terrasse de café avec un ami. Joint par RFI, Daniel Safu s'affirme plus déterminé que jamais à défendre ses idées.

Daniel Safu a été détenu deux jours dans une cellule de la LENI, la Légion nationale d'intervention rapide, «dans des conditions inhumaines», selon lui. Malade lors de sa détention, Daniel Safu avait dû être placé sous perfusion, avant d'être finalement transféré samedi matin au siège de la police provinciale où il dit avoir retrouvé des conditions de détention acceptables. C'est à 14h qu'il a finalement été libéré. Accusé d'«outrage à autorité» et d'«incitation à la haine» selon le chef de la police de Kinshasa, le général Sylvano Kasongo, il aurait dû être jugé mais le général assure lui avoir accordé sa clémence à la demande de la corporation des journalistes qui se sont mobilisés en nombre devant le siège de la police.

Daniel Safu explique comment s'est déroulée sa libération
03-12-2017 - Par Marie-Pierre Olphand

« Les amis sont venus faire du bruit, du bruit en quantité. Il se sont ligués comme u nseul homme, en chantant, en criant pour réclamer ma libération... et c'est alors que le général a accepté de me libérer... seulement il m'a demandé de rester dans le contexte journalistique, de ne pas m'occuper de la politique, tout en me disant: tu peux critiquer mais sans porter atteinte aux autorités qui gèrent les institutions de l'Etat, notamment le chef de l'Etat, notamment le Premier ministre, notamment le Parlement ».

Libéré, Daniel Safu, malgré la consigne du patron de la police de Kinshasa de rester professionnel et de ne pas s'en prendre aux institutions de l'Etat sans quoi il pourrait à nouveau avoir à répondre de ses actes, reste lui plus déterminé que jamais à défendre ses idées.

Daniel Safu reste déterminé
03-12-2017 - Par Marie-Pierre Olphand

« Mon objectif, c'est quoi ? Mon objectif c'est l'alternance, c'est l'état de droit, c'est la démocratie  ! », réaffirme avec force le journaliste joint au téléphone par RFI. «  Je suis un journaliste aguerri qui n'a pas peur de quoi que ce soit... et rien, ne peut m'interdire d'être un ouvrier de la démocratie  !»