Madagascar: le marathon d'Antananarivo se mobilise contre le sida

Vue générale d'Antananarivo, capitale de Madagascar.
© Getty/Martin Harvey

Dimanche 3 décembre se tenait le 17e marathon d’Antananarivo. Initialement prévu en octobre, il a été repoussé à cause de l'épidémie de peste. 1 200 coureurs malgaches, kényans ou encore éthiopiens ont fait le déplacement. Mais aussi et surtout, plusieurs causes ont été défendues, dont la campagne « Courir contre le sida ».

Ils sont un petit groupe de personnes à faire la queue sous une tente brune, un peu à l'écart du marathon. C'est la tente du Comité national de lutte contre le sida dont Faniji est membre. Ce dimanche, avec l’aide de son équipe, elle propose des tests de dépistage gratuits.

« Le marathon, c’est une bonne occasion parce qu’il y a beaucoup de participants et chacun d’entre eux est une cible de la lutte contre le sida, car il y a par exemple des jeunes mais aussi des personnes de plus de 30 ans », explique-t-elle.

A Madagascar, le taux de prévalence du VIH est l'un des plus faibles d'Afrique. Mais mieux vaut prévenir que guérir et les patients sont avides de conseils autour de cette maladie. Comment faire pour se protéger ? Comment le virus s'attrape-t-il ? La campagne courir contre le sida est partenaire du marathon depuis deux ans, explique Larissa Ratsirak, coorganisatrice.

« "Courir contre le sida", ça permet à ce que 20 % des recettes d’inscription soient alloués aux bébés et nous avons également 20 % des recettes d’inscription qui sont alloués aux villages Akamasoa du Père Pedro », raconte la jeune femme.

Le Père Pedro, figure emblématique de la Grande Île, est lui aussi très engagé dans la lutte contre le sida, en aidant à la construction de nombreux dispensaires.