RDC: vers une reprise du procès de Kavumu après le rejet d'une requête

Après dix jours de suspension, le procès de Kavumu va pouvoir reprendre en République démocratique du Congo.
© Getty Images/Oxford

Après dix jours de suspension, le procès de Kavumu va pouvoir reprendre en République démocratique du Congo. Dix-huit miliciens, dont un député provincial, sont poursuivis pour le viol de très jeunes enfants entre 2013 et 2016. Le procès, très attendu, avait été interrompu le 23 novembre à la demande du principal accusé. L'ancien député Frédéric Batumike, le chef de cette milice, accusait les juges d'être payés par les ONG. La Haute Cour de Kinshasa a finalement tranché : la requête est rejetée et le procès va reprendre dans les jours à venir.

Pour les Nations unies et plusieurs ONG, le procès de Kavumu marque le début de la fin de l'impunité dans l'est de la RDC où les viols sont très courants. La milice Armée de Jésus, dirigée par l'ancien député Frédéric Batumike, est accusée d'avoir enlevé une quarantaine de fillettes. Certaines âgées seulement de quelques mois, les autres d'une dizaine d'années, pour leur faire subir des viols.

L'ouverture du procès le 10 novembre dernier était un symbole très fort, mais après quelques audiences, il a été suspendu. Le principal accusé dénonçait la partialité des juges, achetés selon lui par les ONG internationales.

Maître Charles Cubaka Cicura, le porte-parole du collectif des avocats des victimes, se félicite que cette requête ait été rejetée : « Tout le monde attend, quand même, l’issue de ce procès. Imaginez-vous tous ces enfants qui attendent que justice soit faite. Et donc le prévenu, à ce niveau, cherche à arrêter la tenue normale du procès par des moyens fantaisistes. »

La Cour doit annoncer la date de la prochaine audience ce lundi. Le temps de prévenir toutes les parties, le procès devrait reprendre jeudi ou vendredi prochain à Kavumu.