Conférence VIH: la vulnérabilité des jeunes femmes africaines mise en avant

Dans certaines parties d’Afrique de l’Est, les filles âgées de 15 à 19 ans représentent 74% des nouvelles infections VIH chez les adolescents. Ce chiffre s’élève à 90% en Afrique australe et à 60% en Afrique de l’Ouest.
© AFP PHOTO/ Manjunath KIRAN Manjunath Kiran / AFP

A Abidjan, en Côte d'Ivoire, s'est ouvert ce mercredi la 19e édition de l'Icasa, la Conférence internationale de lutte contre le sida et les infections sexuellement transmissibles. Des milliers de participants, acteurs du secteur, responsables gouvernementaux et membres de la société civile sont réunis dans la capitale économique ivoirienne jusqu’à samedi autour du thème « L’Afrique : une approche différente vers la fin du sida ». Et lors de ce premier jour, les participants ont notamment souligné la vulnérabilité face au risque du VIH des filles et des jeunes femmes en Afrique subsaharienne.

Dans certaines parties d’Afrique de l’Est, les filles âgées de 15 à 19 ans représentent 74% des nouvelles infections chez les adolescents. Ce chiffre s’élève à 90% en Afrique australe et à 60% en Afrique de l’Ouest. Le passage à l’âge adulte est pour les filles en Afrique subsaharienne une période particulièrement dangereuse. Les acteurs du secteur pointent la responsabilité des violences sexuelles, du manque d’accès à l’information sur le VIH, des inégalités hommes-femmes et de la stigmatisation qui empêche souvent les jeunes filles de se faire dépister et d’accéder à des services de prévention et de traitement.

Amandine Bollinger, spécialiste du VIH au sein du bureau Afrique de l’Ouest et centrale de l’Unicef, préconise une approche de prévention visant notamment le cercle familial : « Toucher les mamans. Toucher les grands-mères. Pour faire du sexe quelque chose qui ne soit plus un tabou, mais quelque chose dont on parle dans la famille. Inclure les papas dans tout ce qui est lutte contre le VIH et même d’une manière générale tout ce qui est le droit des filles. Ça peut être aussi renforcé les systèmes scolaires avec davantage de cours d’éducation sexuelle compréhensif ».

Les mariages précoces sont aussi pointés du doigt. Selon Michel Sidibé, directeur exécutif de l’Onusida « le taux d’infection des adolescents mariés est supérieur de 50% à ceux de leurs pairs non mariés ».

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.