Touriste allemand abattu en Ethiopie: l'hypothèse d'un accident

Le volcan Erta Ale en mai 2008.
© CC BY-SA 2.0/filippo_jean

Selon nos informations, le touriste allemand tué dimanche alors qu'il se trouvait sur le volcan Erta Ale, en pays afar, dans le nord de l'Ethiopie, aurait été victime de tirs accidentels, et non d'une attaque à motivation politique. Cette région, très prisée des touristes et des chercheurs, est aussi très dangereuse : plusieurs attaques meurtrières ont été perpétrées ces dix dernières années par des rebelles venus de l'Erythrée voisine.

 
Agé d'une soixantaine d'années, l'homme était fatigué et avait fait une pause. Le groupe qu'il suivait sur les pentes du volcan continuait son ascension, dans la nuit, avec une escorte armée comme c'est l'usage. En visite dans une ville voisine, lui avait insisté pour se rendre par ses propres moyens sur ce site spectaculaire de la dépression du Danakil et contempler dans l'obscurité les lacs de lave au sommet du volcan.

En l'absence de sentier balisé, son guide et lui se sont résolus à suivre un groupe de randonneurs étrangers, sous la surveillance de la police spéciale afar qui précisément doit protéger les treks dans la région. La nuit noire et la tension qui règne dans cette province voisine de l'Erythrée lui ont été fatales. Alors que son guide et lui tentaient de rejoindre le groupe sur les pentes, les tirs auraient commencé, tuant le touriste allemand et blessant son guide.

C'est le récit que fait pour RFI Enku Mulugeta, géologue et voyagiste éthiopien qui organise les excursions pour l'agence Volcano Adventures, basée en Allemagne. Pour lui, le fait que le guide n'était pas originaire du pays afar était une imprudence.

Ce qui n'est pas encore établi en revanche, c'est l'origine des premiers tirs, conclut-il : venaient-ils de l'escorte armée du groupe de touristes ou de la police spéciale qui protège le site ? Seul le guide de la victime, actuellement hospitalisé, peut répondre à cette question.