RDC: la Monusco demande une enquête après les révélations de HRW

Des combattants du M23, en 2013, près de Rushuru, dans l’est de la RDC (photo d'illustration).
© REUTERS/James Akena

Nouvelles réactions après les révélations de l'ONG Human Rights Watch qui accuse le régime de Joseph Kabila d'avoir utilisé des éléments du M23 comme mercenaires pour se maintenir au pouvoir en décembre 2016. Des accusations que le gouvernement congolais dément. De son côté, la Monusco demande une enquête. Charles Bambara, le directeur de la communication à la Monusco, rappelle ici que la déclaration de Nairobi est en panne ; cette déclaration, qui engage la RDC et le M23 doit être prise en compte par les différentes parties.

Il faudrait l'ouverture d'une enquête pour étayer ces faits.
Charles Bambara, directeur de communication à la Monusco
07-12-2017 - Par Kamanda Wa Kamanda

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.