Republier
Burkina Faso

Burkina Faso: plainte contre Simon Compaoré pour détention illégale d'arme à feu

Simon Compaoré
© AFP PHOTO / AHMED OUOBA

Au Burkina Faso, ce que les médias avaient appelé « le scandale tranquilos » refait surface. En octobre dernier, le ministre de la Sécurité avait été aperçu dans une vidéo tenant entre ses mains une arme de guerre au domicile d'un député. L'opposition politique vient de déposer une plainte contre Simon Compaoré pour détention illégale d'arme à feu et pour avoir insinué l'implication de Zephirin Diabré dans une supposée agression planifiée contre la famille d'un député.

Depuis le 4 décembre dernier, la plainte contre le ministre Simon Compaoré est sur le bureau du procureur du Faso, selon le chef de file de l'opposition dans un communiqué. Elle fait suite à la diffusion d'une vidéo sur les réseaux sociaux. Dans ladite vidéo, on voit le ministre de la Sécurité vêtu d'un gilet pare-balles blanc et tenant un fusil qui avait toutes les apparences d'une kalachnikov, selon le chef de file de l'opposition.

Dans cette vidéo, l'actuel ministre de la Sécurité insinuait l'implication de Zephirin Diabré dans une supposée agression planifiée contre la famille d'un député. Au moment des faits, l'opposition avait exigé la démission pure et simple du ministre.

Pour les opposants, les agissements du ministre sont contraires aux lois et règlements en vigueur au Burkina Faso, car il détenait une arme à feu dont « il ne pourrait en aucune circonstance disposer d'une autorisation légale de port ».

Selon Zephirin Diabré, seuls les agents de police, de gendarmerie ou corps d'armée habilités peuvent détenir et porter de façon apparente une arme de guerre selon des conditions prévues par la loi.

Pour le chef de file de l'opposition, le ministre de la Sécurité a enfreint aux dispositions du Code pénal en son article 537. Une infraction punie d'une peine d'emprisonnement d'un à cinq ans.

Zephirin Diabré et l'opposition espèrent maintenant un traitement équitable et diligent de cette plainte contre le ministre de la Sécurité Simon Compaoré.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.