Affaire Khalifa Sall: le Sénégal dénonce la démarche du Conseil de Paris

Une bannière de soutien au maire de la capitale sénégalaise, Khalifa Sall, déployée face à ses bureaux le 31 juillet 2017, à Dakar (image d'illustration).
© SEYLLOU / AFP

Le gouvernement sénégalais a dénoncé mercredi 13 décembre la démarche du Conseil de Paris. Mardi, les élus de la capitale française ont exprimé leur soutien au maire de Dakar Khalifa Sall, dont le procès pour détournement de fonds doit commencer ce jeudi. Dans un « vœu », ils ont qualifié la procédure judiciaire à son encontre de « non naturelle » et « précipitée ». Mais pour le porte-parole du gouvernement sénégalais Seydou Gueye, ce geste révèle « la subjectivité, la condescendance et le mépris du Conseil de Paris envers la République du Sénégal ».

Pour nous, c'est une posture aux allures nostalgiques d'un néocolonialisme révolu qui ne saurait prospérer. En tout cas, le Sénégal, pays indépendant et souverain ne saurait l'accepter. Donc nous condamnons fermement cette forme d'arrogance face à la souveraineté du Sénégal et de son peuple, et de ses institutions, notamment judiciaires.
Seydou Gueye, porte-parole du gouvernement sénégalais
14-12-2017 - Par Léonard Vincent

Patrick Klugman, l'adjoint à la maire de Paris à l'initiative du « vœu » du Conseil, et qui est également avocat au barreau de Paris, s'est officiellement constitué avocat de Khalifa Sall mercredi, avec trois autres confrères français.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.