Une grève des contrôleurs aériens touche déjà le nouvel aéroport de Dakar

Vue générale du nouvel aéroport Blaise-Diagne au Sénégal.
© SEYLLOU / AFP

Une semaine après son inauguration, le nouvel aéroport du Sénégal, l’aéroport international Blaise-Diagne, est à l’arrêt depuis cette nuit, en raison d’une grève des contrôleurs aériens qui revendiquent de meilleures conditions de travail. La tour de contrôle fermée, les avions ne peuvent ni décoller, ni atterrir.

Soixante-dix contrôleurs aériens ont lancé ce mouvement de grève. Un mouvement engagé dans la nuit malgré des réquisitions de l’Etat qui voulait imposer un service continu.

L'aéroport est loin de Dakar

Les revendications des membres du syndicat des aiguilleurs du ciel au Sénégal sont assez simples. Leur nouvel outil de travail étant situé à 45 kilomètres de Dakar, ils considèrent que leurs déplacements sont plus compliqués, plus longs et pas pris en charge.

Leur employeur, l’Asecna, a proposé la mise en place d’un transport collectif, insuffisant pour les grévistes. Avec ce temps de trajet allongé, les contrôleurs estiment travailler dans des conditions difficiles car ils manquent de temps de repos.

Pas de « dialogue apaisé »

Les négociations doivent en tout cas reprendre au plus vite. Il y a huit jours, en coupant le ruban du nouvel aéroport, le président Macky Sall avait appelé à « un dialogue social apaisé ». Il n’a visiblement pas été entendu et la fermeture depuis cette nuit de l’espace aérien sénégalais ternit l’image du pays.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.