Afrique du Sud: retard à l'allumage pour la 54e conférence de l'ANC

Les militants entonnent des chants à leur arrivée à la 54e conférence de l'ANC, ce 16 décembre 2017.
© REUTERS/Siphiwe Sibeko

En Afrique du Sud, le congrès de l’ANC s'est ouvert le 16 décembre à Soweto, la grande agglomération noire de Johannesburg. Il se déroulera jusqu’à mercredi. L'une des principales tâches des quelque 5 200 délégués est de choisir le successeur de Jacob Zuma à la présidence du parti au pouvoir, et puis par la suite, à la tête du pays. Deux candidats sont en lice : le vice-président Cyril Ramaphosa et l'ancienne présidente de la commission de l'Union africaine, Nkosazana Dlamini-Zuma. Ce samedi, le vote sur le nouveau chef du Congrès national africain a été retardé et un demi-millier de votes de délégués ont été annulés.

Plusieurs milliers de délégués de l’ANC ont pris place ce samedi 16 décembre dans la grande salle plénière, entièrement décorée aux couleurs du parti. Certains dansent et chantent en attendant le discours de Jacob Zuma qui doit s’exprimer , lors de la cérémonie d’ouverture de cette conférence électorale de l’ANC.

La conférence a pris beaucoup de retard. En cause, une décision de justice portant sur des irrégularités au sein des branches locales de l’ANC. Le comité exécutif du parti a dû se réunir en urgence ce matin pour traiter cette question. Ils ont décidé que 106 délégués concernés ne pourront pas prendre part au vote. Il s’agissait de soutiens de Nkosazana Dlamini-Zuma qui ne pourront donc pas apporter leur voix.

Organisation chaotique

L’ANC annonçait donc la participation de 5 200 délégués pour cette conférence élective. Quant aux résultats du vote, ils sont attendus demain ou après-demain en principe, mais l’organisation est chaotique et le programme risque de prendre beaucoup de retard. Deux candidats se disputent donc la succession de Jacob Zuma : d'une part l'ex-épouse de Jacob Zuma, Nkosazana Dlamini-Zuma et d'autre part, l'homme d'affaires et ancien leader syndicaliste du secteur minier, Cyril Ramaphosa. Ce dernier, également vice-président de l'ANC, dispose semble-t-il d'une avance sur sa concurrente.

Ce vote interne à l’ANC se profile vraiment comment un référendum autour de la personne de Jacob Zuma avec les opposants au président qui se sont largement ralliés derrière Cyril Ramaphosa, et les fidèles du président derrière Nkosazana Dlamini-Zuma. Mouillé dans une litanie de scandales de corruption, de plus en plus acculé par la justice, Jacob Zuma a en fait tout intérêt à placer un allié à sa suite s’il veut échapper aux poursuites après la fin de son mandat.

Résultats serrés ?

Hier, dans une interview à la télévision publique, Jacob Zuma a cependant démenti soutenir son ex-épouse, Nkosazana Dlamini-Zuma. Le chef de l’Etat a déclaré qu’il est un politicien honnête et qu’il ne compte pas influencer l’issue de ce vote crucial. Pour le moment effectivement, Cyril Ramaphosa part avec une longueur d’avance, mais les résultats pourraient être très serrés.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.