Les Etats-Unis suspendent une grande partie de leur aide à l’armée somalienne

Des soldats somaliens en patrouille au Puntland (photo d'illustration).
© AFP PHOTO / Mohamed Abdiwahab

Voilà qui va grandement compliquer la lutte du pouvoir somalien contre les islamistes shebabs. Le soutien va être fortement diminué pour les salaires, la nourriture et le carburant des soldats. Washington soupçonne que son aide est largement détournée par la corruption.

C’est quasiment une armée somalienne en haillons qu’ont découverte il y a quelques mois des examinateurs américains. Selon des documents révélés par l’agence Reuters, en mai-juin des officiels mandatés par Washington se sont rendus dans neuf bases militaires somaliennes pour vérifier l’utilisation de l’aide américaine.

Leur constat est édifiant : plus de 80% des soldats sont absents. Et le peu d'entre eux présent manque de nourriture, d’uniformes, d’abris, de véhicules, d’essence. Ils dépendent du soutien de la force africaine Amisom ou de milices locales. « L’armée somalienne est très fragile, avec un commandement et un contrôle extrêmement faibles. Elle est incapable de conduire des opérations efficaces ou de subvenir à ses propres besoins », indique le document.

Depuis des années, Washington a dépensé des centaines de millions de dollars pour financer plus de 20 000 soldats somaliens. Et les détournements constants de ces fonds et matériels a passablement frustré Washington, même si le secrétaire américain à la Défense a renouvelé son soutien à Mogadiscio. « Le président Farmajo a hérité d’une situation difficile et cela prend du temps de changer une culture de la corruption », a expliqué James Mattis.

Malgré tout, les Américains choisissent la fermeté. Or certains jugent cette décision hâtive, alors que l’Amisom doit se retirer d’ici 2020 et que ses premiers contingents ont prévu de quitter la Somalie d’ici la fin de l’année.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.