Santé: le Gabon certifié «libre de la polio» par l’OMS

Les campagnes de vaccination ont porté leurs fruits au Gabon.
© Getty Images/Ranplett

Après plusieurs années d'efforts, le Gabon vient d'être certifié par des experts africains et l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), « pays libre de la poliomyélite ». La nouvelle réjouit le gouvernement gabonais qui a tenu à la communiquer aux populations, invitées par ailleurs à continuer de faire vacciner leurs enfants pour que la polio ne revienne plus au Gabon.

La première annonce avait été faite par l’OMS dès jeudi à Yaoundé au Cameroun et la ministre gabonaise de la Santé, Denise Mekamne, a modifié son agenda pour improviser vendredi une conférence de presse afin d’annoncer la bonne nouvelle à ses compatriotes : « C’est donc avec un réel plaisir, et un sentiment de fierté que je confirme que le Gabon a été certifié « pays libre de polio ». Le gouvernement se réjouît de cette bonne nouvelle qui vient couronner des efforts et sa détermination à faire aboutir celui-ci  ».

Grande discipline

Pour atteindre ce niveau de satisfaction, le Gabon s'est imposé une grande discipline. Il a accru la surveillance, les campagnes de vaccination et maintenu la vaccination de routine. Résultat : le dernier cas de polio notifié dans le pays remonte à 2011. Le Gabon mérite des félicitations, mais il ne doit pas dormir sur ses lauriers, a averti le représentant de l'OMS, le docteur Boureima Hama Sambo.

« En matière de santé publique, c’est quelque chose d’extrêmement louable, a précisé le Dr Hama Sambo. Mais en même temps, a-t-il repris, il faut continuer la vaccination parce que ça peut venir, on peut importer. Nous avons encore dans le monde trois pays endémiques : l’Afghanistan, le Pakistan et le Nigeria ». La poliomyélite est une maladie très contagieuse provoquée par le poliovirus qui envahit le système nerveux et peut entraîner en quelques heures des paralysies irréversibles. Le nombre de victimes de cette maladie au Gabon n'est pas connu.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.