Republier
médias Culture

Décès de Farida Ayari, ancienne journaliste à RFI

Farida Ayari.
© ©Facebook/Farida Ayari

Elle était une grande voix de RFI. La journaliste Farida Ayari, ancienne correspondante en Afrique du Sud, et ex-rédactrice en chef adjointe du service Moyen-Orient, est décédée à l'âge de 67 ans.

Farida Ayari était née en Tunisie. Après des études supérieures à Paris, en journalisme, sciences politiques et relations internationales, elle a fait ses débuts dans la presse française au magazine Actuel, de Jean-François Bizot, à Enjeux africains, à Jeune Afrique, où elle a travaillé six ans, puis à RFI, où elle est entrée en 1983. Pour la « Radio du monde », elle a couvert avec talent l'actualité au Moyen-Orient (Gaza, Liban, Irak,...), au Maghreb (Algérie, Tunisie, etc.) ou encore  en Afrique subsaharienne (Nigeria, Angola, etc.).

Elle se trouve à Alger dès la fin de l'année 1991 quand les militaires, qui craignent une victoire des islamistes, décident d’interrompre le processus électoral. Par la suite, elle sera nommée envoyée spéciale permanente en Afrique du Sud de 1996 à 2000.

Correspondante en Afrique du Sud

L'un de ses plus grands faits d’armes journalistique est sans doute, en tant que correspondante de RFI en Afrique du Sud, sa couverture en 1997 des discussions intercongolaises dites « de la dernière chance ».

Elle est alors l’une des rares journalistes à avoir réussi à monter sur le bateau de la marine sud-africaine, où le président Nelson Mandela a réuni le maréchal Mobutu et son opposant Laurent-Désiré Kabila. Elle fera vivre heure par heure l’échec de ces pourparlers sur les antennes de RFI.

La couverture de la guerre en Irak

De retour en France après avoir passé quatre ans à Johannesburg, Farida Ayari réintègre le service international de la « radio du monde » en tant que grand reporter. Elle est nommée rédactrice en chef adjointe au desk Moyen-Orient.

Notre consœur continue de couvrir l’actualité de cette région sur le terrain : Gaza, Israël, Liban, Iran... En 2003, elle couvre la guerre américaine en Irak. Et en 2005, elle se rend à Gaza au moment du retrait des colonies israéliennes.

Partie en 2009 vers d'autres cieux

En 2009, Farida Ayari quitte RFI pour s’occuper de la communication de l’Unicef. Dernièrement, elle avait été conseillère en communication du Festival de jazz de Carthage, où la chanteuse Morgan Ji était à l'affiche cette année pour la 12e édition.

« Toutes nos pensées vont à son fils, sa famille, et à ses amis », indique la direction de RFI dans un communiqué. Nombreux sont ceux, au sein de nos équipes, à saluer le travail de notre consœur depuis l'annonce de sa disparition, qui a suscité une grande tristesse dans nos rangs.

Que la Terre de sa Tunisie natale, où elle sera inhumée, lui soit légère.

Je me souviens de ses grandes envolées lyriques quand elle prenait la parole. Elle avait un esprit très pointu, très carré.
Le réalisateur algérien Merzak Allouache, qui connaissait Farida Ayari, s'est dit surpris et choqué par la nouvelle de son décès
20-12-2017 - Par Houda Ibrahim

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.