Zimbabwe: une mainmise de l'armée sur le pouvoir qui inquiète

Le général Constantino Chiwenga (ici le 24 novembre 2017), chef de l’armée pendant près de quinze ans, a désormais troqué son habit militaire pour un costume de vice-président.
© REUTERS/Siphiwe Sibeko

Plus d'un mois après le départ de l'ex-président Robert Mugabe au Zimbabwe, le nouveau chef de l'Etat, Emmerson Mnangagwa, a nommé ses deux vice-présidents. Jeudi 28 décembre, l’ex-chef de l’armée, le général Constantino Chiwenga, et l’ancien ministre de la Sécurité intérieure, Kembo Mohadi, ont tous deux prêté serment. Leur nomination était attendue puisque la semaine dernière, ils avaient déjà été nommés vice-présidents du parti au pouvoir, la Zanu-PF. En tout cas, l’arrivée du général Chiwenga au gouvernement confirme la mainmise de l'armée sur le pouvoir.

Le général Constantino Chiwenga a été chef de l’armée pendant près de quinze ans. Ami d’Emmerson Mnangagwa, c’est lui qui a fait intervenir l’armée le mois dernier et qui a provoqué le départ de l’ex-président Robert Mugabe.

Le nouveau chef de l’Etat s’entoure ainsi d’un allié puissant à qui il doit son accession au pouvoir, ce qui inquiète le militant des droits de l’homme Dewa Mavhinga. « Mnangagwa a été nommé par l’armée. Il dépend d’elle, notamment pour sa survie politique. Cela n’est pas bon ni pour les droits de l’homme, ni pour l’Etat de droits, ni pour la démocratie. C’est Mnangagwa qui nomme, mais sous l’influence des généraux de l’armée, car ce sont eux qui détiennent réellement le pouvoir », analyse-t-il.

Un autre militaire nommé à l'Agriculture

Selon Andrew Meldrum, spécialiste du Zimbabwe, jamais les militaires n’ont eu autant d’importance que dans ce gouvernement.

Plusieurs généraux ont été nommés ministres, notamment l’ancien chef des forces aériennes, le général Perrance Shiri devenu ministre de l’Agriculture.

En tout cas jeudi, le général Chiwenga a eu beau troquer son uniforme pour un costume noir lors de sa prestation de serment, personne n’est dupe du rôle déterminant que va avoir l’armée dans les années à venir.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.