Maroc: le mouvement contre la «marginalisation» prend de l'ampleur à Jerada

Manifestation à Jerada, au Maroc, le 29 décembre 2017.
© REUTERS/Youssef Boudlal

Depuis une semaine, la colère enfle à Jerada, après la mort de deux jeunes dans une mine de charbon clandestine. Des manifestations contre le chômage et la « marginalisation » dans la région ont encore eu lieu vendredi 29 décembre dans cette ville du nord-est marocain, ainsi qu'une grève générale qui a été très bien suivie. Le mouvement s'est même élargi aux villages voisins.

« Le peuple veut des perspectives économiques », martèlent les manifestants qui participent à ce « vendredi de la colère ».

Bravant le froid dans le nord-est du pays, les habitants sont sortis par milliers, en scandant les mêmes slogans : « égalité sociale, travail et dignité. »

Plusieurs localités voisines se sont jointes aux manifestants de Jerada en signe de soutien. Ils sont venus à pied ou à bord de véhicules.

Les forces de sécurité présentent sur place ont d’abord tenté de leur barrer la route, avant de s'écarter rapidement, sans incident. Les manifestants ont alors convergé vers la place de l'Espoir.

Les activistes dénoncent des intimidations

Sur les réseaux sociaux, les images diffusées montrent que la grève a été très suivie. Les magasins de Jerada sont restés fermés. Les activistes assurent que le pouvoir a essayé d'intimider les commerçants pour ne pas suivre la grève.

Maroc/pauvreté : « Le silence et la négligence de l’Etat n’est plus supportable »

Alors que la situation dans leur ville est catastrophique, les activistes regrettent l'absence de dialogue avec le pouvoir. Ils témoignent de leur manque de moyens et dénoncent la précarité dans laquelle ils vivent.

Les maladies respiratoires sont largement répandues chez les travailleurs dans les mines de charbon à Jerada, et les malades n'ont pas les moyens de se soigner en l'absence de sécurité sociale. Il y a quelques jours, c'est la mort de deux jeunes dans une mine clandestine de charbon qui a suscité la colère des habitants.

A la fin de leur rassemblement, les activistes ont voté à main levée pour manifester à nouveau ce samedi.

Vendredi, devant le Parlement à Rabat, des activistes des droits de l'homme et des syndicats ont organisé un rassemblement en soutien au Hirak de Jerada du Rif et de Zgawa, mais aussi contre la vie chère.

La ville de Jerada, dans le nord-est du Maroc. © RFI/Capture d'écran

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.