Le 1er janvier 2018, la monnaie mauritanienne va perdre un zéro

Le 1er janvier 2018, ce billet de 1000 ouguiyas sera remplacé par un billet de 100 ouguiyas, mais il gardera la même valeur.
© Wikimedia Commons / Ji-Elle

La Mauritanie change l'unité de sa monnaie à partir du 1er janvier . L'ouguiya va passer d'une échelle de 10 à 1. En clair, cela signifie qu'à partir de 2018, dix ouguiyas deviennent un ouguiya. De nouveaux billets sont donc émis, mais la monnaie conserve le même nom. Cela ne devrait pas avoir d'impact sur sa valeur.

Les ouguiyas mauritaniens perdent un zéro, mais gardent la même valeur. Un curieux raisonnement mathématique, mais qui tient la route dans le monde de la monnaie. A partir du 1er janvier 2018, dix ouguiyas auront le même pouvoir d'achat que 100 ouguiyas précédemment. Idem pour leur valeur sur le marché international : aujourd'hui, il faut 420 ouguiyas pour un euro, à partir de lundi il en faudra 42.

Les Mauritaniens ont un an pour échanger leurs billets. Durant les six premiers mois de l'année, ils pourront réaliser ces opérations auprès des banques, des guichets du Trésor ou encore de la Poste. Après, il faudra s'adresser à la Banque centrale. Ce change se fera de manière progressive. Durant le premier mois, ce seront les grosses coupures, les billets de 5 000 ouguiyas qui seront remplacés, puis ceux de 2 000, etc.

A partir de 500 000 ouguiyas, les Mauritaniens devront ouvrir un compte en banque pour procéder au change. Les établissements du pays offrent pour l'occasion les frais d'ouverture et distribuent également gratuitement des cartes bancaires de retrait.

Un changement qui inquiète

Une réforme importante, dont certains Mauritaniens estiment avoir été mal informés. Car un zéro vous manque et tout est à réorganiser. Les étiquetages de prix, les fiches de paie, les factures. Et les Mauritaniens n'ont plus beaucoup de temps pour se préparer au nouvel ouguiya.

Sidi Soueilim est le président de la Fédération du bâtiment mauritanien. Chaque jour, des ouvriers viennent lui poser des questions, inquiets des conséquences de cette réforme. « Est-ce que cela aura des incidences sur leur salaire ? Est-ce que les prix vont augmenter ? Etc. Les gens demandent des explications parce que c’est leur pouvoir d’achat, rapporte-t-il. Il y a les rumeurs les plus folles qui circulent : des gens qui disent que les prix vont flamber, d’autres qui disent que la monnaie va être dévaluée. Pour moi, il est déjà difficile de comprendre ce changement, alors à plus forte raison pour eux qui sont en grande majorité analphabètes. »

Pourtant, la Banque centrale de Mauritanie estime avoir fait le nécessaire pour sensibiliser à la question. Depuis des semaines, un dispositif est mis en place. « La Banque centrale a élaboré un ensemble de documentation qui est disponible, elle a mis en place un centre d’appel, le 13 13, dans toutes les langues nationales, rappelle Abdel Aziz ould Dahi, son gouverneur. D’autre part, nous avons envoyé des missions à l’intérieur du pays, nous avons utilisé les médias, les radios rurales. Et il y a aussi un site internet, une page Facebook, Twitter. Tous les moyens de communication ont été utilisés pour sensibiliser davantage la population. »

Les Mauritaniens auront un an pour changer leurs ouguiyas. D'ici là, les deux monnaies auront cours, et leur valeur restera bien la même.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.