Republier
Burundi

Burundi: Agathon Rwasa dénonce le harcèlement de l’opposition

Le leader de l'opposition burundaise Agathon Rwasa lors d'une interview le 22 juillet 2015 à Bujumbura.
© REUTERS/Mike Hutchings

Au Burundi, Agathon Rwasa proteste contre le retrait de sa garde. Le vice-président de l’Assemblée nationale avait écrit au chef d'état-major de l'armée pour s'en plaindre. Il a aussi pris sa plume pour écrire au facilitateur Benjamin Mkapa. Dans cette lettre, il dénonce le harcèlement dont sont victimes les opposants qui ont refusé de ranger derrière les positions du gouvernement lors de la 4e session du dialogue interburundais : menaces, intimidations, arrestations arbitraires. Ce dialogue s'était terminé sans accord, Bujumbura souhaitant rapatrier les discussions au Burundi et ouvrir le débat sur une modification de la Constitution.

Le contenu reprend les inquiétudes et les intimidations que l’opposition en générale subit.
Aimé Magera, porte-parole d'Agathon Rwasa en Europe
03-01-2018 - Par Sonia Rolley

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.