Republier
RDC Religion

Violences en RDC: réaction des trois institutions de l’Eglise catholique

Les membres de la Cenco congolaise, le 21 décembre 2016, à Kinshasa.
© REUTERS/Thomas Mukoya

L'Eglise catholique au Congo est montée au créneau, ce mardi, après la répression des marches à l'appel du Comité des laïcs chrétiens. L'archevêque de Kinshasa, le cardinal Monsengwo, a parlé de barbarie pour les actes posés par les forces de sécurité, tirs à balles et réels et à bout portant, vols dans les églises, et ce alors que la police assure n'avoir fait aucun mort dans le cadre de ces manifestations et avoir agi avec professionnalisme. La Conférence épiscopale et la Nonciature ont également communiqué. Trois textes pour trois institutions, chacune est restée dans son rôle pour défendre l'Eglise qui fait l'objet de critiques du camp présidentiel.

L'indignation, c'est le Cardinal Monsengwo qui l'a porté. Des mots très durs à l'égard des forces de sécurité pour « dénoncer, condamner, stigmatiser les agissements de nos prétendus vaillants hommes en uniforme qui traduisent malheureusement ni plus ni moins que la barbarie ». L'archevêque de Kinshasa parle d'un accord politique de la Cenco « violé volontairement », « d’intérêts occultes, comme par exemple, le maintien au pouvoir par des méthodes anticonstitutionnelles ». « Nous voulons un Congo des valeurs et pas des antivaleurs », conclut l'archevêque de Kinshasa.

La Cenco - elle - avait choisi un autre angle d'attaque. Dans son communiqué, la Conférence épiscopale a dénoncé des manœuvres visant à diviser l'épiscopat. En ligne de mire, ses paroles déformées par certains médias ou acteurs en amont de ces marches visant à donner l'impression qu'un évêque ou un autre était contre ces initiatives. Mais son secrétaire général, l'Abbé Nshole, est formel : les évêques sont unanimes et aucun n'a désapprouvé ces marches.

En attendant la prise de parole des prélats congolais, la Nonciature avait tenu à rappeler deux points : d'abord le fait qu'il existe une doctrine sociale de l'Eglise qui promeut la justice sociale, permet la défense des droits civils et politiques. Mais qu'au-delà de ça, le pape n'a ni à approuver ni à désapprouver ces marches et autres initiatives. « Ce sont les évêques qui gèrent leur diocèse », rappelle la Nonciature tout en assurant que l'absence d'un appui officiel correspondait à une question de droit et nullement à un jugement porté sur la Conférence épiscopale du Congo ou ses fidèles que le pape François suit et soutient.

L’archevêque de Kinshasa aurait été mieux inspiré de reconnaître contrairement à son affirmation que le malaise sociopolitique que traverse notre pays n’a pas pour origine une prétendue application de l’accord de la Saint-Sylvestre.
Lambert Mende, porte-parole du gouvernement congolais
03-01-2018 - Par Kamanda Wa Kamanda

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.