Republier
Zambie

Zambie: le chef de la diplomatie dénonce la corruption et claque la porte

Harry Kalaba, ministre démissionnaire des Affaires étrangères de la Zambie, ici le 26 septembre 2016 à la tribune des Nations unies à New York.
© Don EMMERT / AFP

En Zambie, le ministre des Affaires étrangères a présenté sa démission du gouvernement. Dans une déclaration, il dénonce la corruption qui persiste chez les ministres.

C'est sur sa page Facebook qu'Harry Kalaba a rendu public son départ du gouvernement zambien. Le message du ministre des Affaires étrangères est clair : « Nous ne pouvons pas continuer à gérer les affaires du pays avec indifférence quand le niveau de la corruption enfle, pratiquée par ceux-là mêmes qui devraient la combattre ». En dépit de sa démission du gouvernement, il reste député.

Harry Kalaba était connu comme le possible successeur du président Edgar Lungu. Dans sa déclaration, il pointe la responsabilité de son parti, le Front patriotique. Il en dénonce les dérives et l'avidité qui se place au centre des décisions prises aujourd'hui. Les mots de l'ancien ministre sont rudes : « Il semblerait que les pauvres zambiens aient cessé de devenir la raison pour laquelle nous sommes au pouvoir ».

La Zambie d'Edgar Lungu est souvent épinglée pour des affaires de corruption. En 2016, le président avait encouragé ses ministres à ne pas s'y laisser entraîner.