[Reportage] Tunisie: la justice transitionnelle revient sur les émeutes du pain

L'instance Vérité et dignité, qui a commencé ses travaux en 2014, a jusqu'au printemps de cette année pour finir de recenser toutes les exactions commises sous les régimes de Bourguiba puis Ben Ali (photo d'illustration: statue équestre de Bourguiba).
© rais67/wikimedia.org

En Tunisie, l'instance Vérité et dignité, chargée de la justice transitionnelle, poursuit son travail. Elle a organisé jeudi 4 janvier les auditions publiques de victimes des émeutes du pain, qui avaient fait plusieurs dizaines de morts en 1984, à l'époque de Bourguiba, après une augmentation des prix des produits céréaliers. L'objectif : donner la parole aux victimes et solder les comptes de ce sombre passé. Reportage au siège de l'Instance, à Tunis.

C'était il y a 34 ans et pourtant la douleur est toujours là. Moncef Lajmi s'exprime d'une voix ferme. « On m'a pris ma dignité », lance-t-il. Condamné à 17 ans de prison en 1984, il est venu raconter, devant les caméras et un public d'une centaine de personnes, comment la répression des émeutes du pain a brisé sa vie.

Les faits remontent au 27 décembre 1983 lorsque le gouvernement tunisien décide de doubler les prix du pain, de la semoule et des pâtes, jusque-là subventionnés par l'Etat. D'importantes manifestations ont alors lieu jusqu'à l'annulation de cette mesure, le 6 janvier 1984. Mais la répression aura été féroce : 800 arrestations, ainsi que 123 morts et plus de 1 500 blessés selon la Ligue tunisienne des droits de l'homme.

Torturé en prison, puis empêché de trouver un emploi, Moncef Lajmi fond en larmes pendant son récit. Je pardonne à tous ceux qui m'ont fait du mal. Je veux juste qu'ils s'excusent, explique-t-il. Et demande la vérité, comme la vingtaine d'autres victimes qui se succèdent au pupitre : anciens prisonniers, père, épouse ou fils de manifestant tué pendant les émeutes.

L'instance Vérité et dignité, qui a commencé ses travaux en 2014, a jusqu'au printemps de cette année pour finir de recenser toutes les exactions commises sous les régimes de Bourguiba puis Ben Ali. Elle doit permettre aux victimes d'être réhabilitées et d'obtenir réparation.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.