Republier
Burundi

Burundi: jusqu'à 23 ans de prison requis contre des responsables d'association

Faustin Ndikumana, président de l'association burundaise Parcem.
© ESDRAS NDIKUMANA / AFP

Vendredi 5 janvier 2017 à Muramvya, dans le centre du Burundi, le parquet a requis 23 ans de prison contre le responsable provincial d'une association de lutte pour la bonne gouvernance, Parole et actions pour le réveil des consciences et de l'évolution des mentalités (Parcem), et 20 ans contre deux de ses collaborateurs communaux pour atteinte à la sûreté de l'Etat.

Les trois hommes - Emmanuel Nshimiriamana, Aimé Constant Gatore et Marius Nizigiyimana - ont été arrêtés en juin 2016 puis écroués à la maison d'arrêt de cette province du centre du pays pour « atteinte à la sûreté intérieure de l'Etat ».

Selon le président de l'association Parcem, Faustin Ndikumana, ils ont été arrêtés alors qu'ils préparaient un atelier, une réunion connue des autorités, à cause d'un document de travail. M. Ndikumana explique à RFI ce qu'on leur reproche exactement.

C'était un document de travail interne (...) où il insistait sur l'invitation des membres des partis politiques d'opposition, pour les faire rencontrer les membres du parti au pouvoir

Faustin Ndikumana, président de l'association Parole et actions pour le réveil des consciences et l'évolution des mentalités
06-01-2018 - Par Esdras Ndikumana

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.