Sénégal: une délégation ministérielle à Ziguinchor après le massacre en Casamance

La Casamance (photo d'illustration).
© Getty Images

Au Sénégal, suite à l’attaque brutale dans une forêt de Casamance lors de laquelle 13 civils ont été tués, samedi 6 janvier, une délégation ministérielle conduite par le ministre de l’Intérieur s'est rendue ce dimanche à Ziguinchor, la capitale régionale. Les 13 jeunes qui coupaient du bois ont été abattus par un groupe armé non identifié. Le président Macky Sall a dénoncé, dès samedi, « une attaque d’une rare barbarie ».

L’armée est toujours à la recherche des auteurs de l’assaut qui n’ont pas été formellement identifiés. A Dakar, l’annonce de ce massacre est particulièrement douloureuse. Une délégation ministérielle s'est rendue en Casamance ce dimanche.

Une décision prise à la suite de la convocation, dans la soirée de samedi, d’un Conseil national de sécurité entre les forces de Défense, certains ministres et le président de la République sénégalais, Macky Sall, qui a demandé à ce que les auteurs du crime « soient recherchés et traduits en justice ».

La délégation ministérielle avec à sa tête le ministre de l’Intérieur, avait pour mission de présenter les condoléances de l’Etat, d'évaluer la situation sécuritaire et de rencontrer les acteurs clefs dans cette région en proie à un conflit, depuis plus de 30 ans et qui connait, depuis plusieurs années, une période d’accalmie.

C'est un crime odieux perpétré sur des populations sans armes. [...] Nous déplorons en tout cas cet acte, mais considérons que ceci ne remet en aucun cas en cause les démarches pour la paix dans cette partie du Sénégal.
Aly Ngouille Ndiaye, ministre sénégalais de l'Intérieur
07-01-2018 - Par Allen Yero Emballo

Ce massacre dans cette région sensible a provoqué une onde de choc dans la capitale sénégalaise. Quelques hommes et femmes politiques ont fait part de leur peine pour la Casamance et pour le Sénégal. En revanche, pas de grands débats sur les radios nationales. Une messe a été diffusée une bonne partie de la matinée.

Il faut dire que l’identité réelle des assaillants n’est pas encore connue et le sujet reste particulièrement sensible. Aussi, à Dakar, le silence et l’attente sont de mise. Les cas les plus critiques parmi les blessés sont par ailleurs en cours d’évacuation vers la capitale sénégalaise.

Les victimes sont, pour la plupart, des jeunes en provenance de certains quartiers périphériques de la commune de Ziguinchor.
Ibrahima Gassama
07-01-2018 - Par Gaëlle Laleix