Mahamat Kodo Bani, cerveau présumé du «coup d'Etat» déjoué en Guinée équatoriale

Vue du centre-ville de Malabo en Guinée équatoriale (photo d'illustration).
© STR / AFP

La lumière n'a toujours pas été faite sur les évènements survenus en Guinée équatoriale la semaine dernière, lorsque les autorités ont affirmé avoir déjoué une tentative de coup d'Etat. Le président Teodoro Obiang devrait se rendre mardi 9 janvier à Yaoundé. C'est au Cameroun qu'une quarantaine de mercenaires tchadiens, camerounais, centrafricains et équato-guinéens ont été arrêtés alors qu'ils auraient été en train de fomenter ce coup. Leur commandant sur place serait Mahamat Kodo Bani, un ancien général tchadien.

Du Darfour à la Centrafrique, en passant par le Cameroun, Mahamat Kodo Bani a vendu ses services à bien de mouvements différents. Un personnage embarrassant. La semaine dernière sur notre antenne, le ministre des Affaires étrangères tchadien assurait que Mahamat Kodo Bani, n'avait jamais fait partie de l'armée régulière.

Pourtant plusieurs sources ont confirmé à RFI que le mercenaire avait été membre de la garde présidentielle, notamment sous les ordres du chef d'état-major Daoud Soumaïn. Après la mort de ce dernier en 2008, Mahamat Kodo Bani rejoint la rébellion au Darfour et se range aux côtés de l'UFCD, l'Union des forces pour le changement et la démocratie.

En 2010, Mahamat Kodo Bani est radié de l'armée tchadienne. Quelques années plus tard, il se fait arrêter au Tchad et séjourne dans la prison de Kélo. Libéré en 2013, à la faveur d'une amnistie prononcée par le président Idriss Déby, Mahamat Kodo Bani rejoint alors le mouvement de rébellion centrafricain, Seleka.

Mahamat Kodo Bani disparaît alors des radars jusqu'à ce que ses déplacements entre la Centrafrique, le Cameroun et le Tchad soient remarqués. Selon les autorités tchadiennes, il serait le cerveau de cette tentative de coup d'Etat en Guinée équatoriale, dont le commanditaire serait un Equato-Guinéen installé en Europe.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.