Migrants: entre 90 et 100 personnes seraient disparues au large de la Libye

Retour à Tripoli pour ces personnes secourues par les gardes-côtes libyens, le 9 janvier 2018.
© REUTERS/Hani Amara

La marine libyenne a annoncé, mardi 9 janvier 2018 sur la base du récit de survivants, qu'entre 90 et 100 migrants avaient disparu en Méditerranée après le naufrage de leur embarcation.

Entre 90 et 100 migrants seraient portés disparus en Méditerranée après le naufrage de leur embarcation de fortune au large des côtes libyennes, au niveau de la ville d'al-Khoms. Il s'agissait d'un canot pneumatique. Seules 17 personnes, dont des femmes, ont pu être secourues, après être restées plusieurs heures cramponnées à des morceaux du canot, relate le général Ayoub Kacem, porte-parole de la marine.

Toujours selon la marine libyenne, 267 autres personnes de diverses nationalités africaines, dont des femmes à nouveau, mais également 17 enfants ont pu être secourues tout récemment au large de la ville de Zawiya, à une cinquantaine de kilomètres à l'ouest de Tripoli. Elles se trouvaient à bord de deux embarcations en délicatesse. Selon le porte-parole, le manque de moyens et le mauvais temps ont compliqué les opérations de secours.

« C'est la première fois que nous procédons à des opérations de sauvetage au large de Zawiya à l'ouest de Tripoli. Mais il y a beaucoup plus de départs de migrants de la zone située à l'est de Tripoli, comme Al-Garabolli et Al-Khoms. Ces lieux sont devenus des probables nouvelles zones de départs pour les migrants, surtout après le blocage des départs depuis Sabratha. Nous avons l'impression que les trafiquants sont en train d'y installer leurs bases et ils commencent à s'activer à partir de là », explique le porte-parole de la marine libyenne.

Au total, la marine libyenne dit avoir sauvé plus de 600 migrants ces trois derniers jours. Mais elle s'inquiète de la recrudescence de ces départs clandestins. Alors que les conditions météo sont particulièrement difficiles et les trois bateaux de la marine libyenne insuffisants. « Nos moyens sont faibles et ils s'affaiblissent de jour en jour car nos bateaux sont anciens et tombent souvent en panne.
Nous sommes de plus en plus inquiets de ne pas pouvoir remplir notre mission de sauvetage. Hier notre bateau a passé 12h dans des opérations de sauvetage très difficiles, allant de l'est à l'ouest de Tripoli. Et pendant ce temps, l'Europe et la communauté internationale nous blâment et ne nous fournissent aucune aide matérielle.
 »

Sommet européen à Rome

En 2017, selon l'Organisation internationale pour les migrations (OIM), au moins 3116 migrants sont morts ou ont disparu en traversant la Méditerranée pour rejoindre l'Europe, dont 2833 au large de la Libye, selon un décompte de l'Organisation internationale pour les migrations (OIM). Les tentatives de traversée sont en forte baisse depuis l'été 2017, alors que l'Italie s'emploie à empêcher les départs dans le cadre d'un accord avec les autorités et milices libyennes.

Un sommet de pays européens riverains de la Méditerranée s'est réuni que le dossier des migrations ce mercredi 10 janvier à Rome, en présence des dirigeants de sept pays du sud de l'Union européenne.

→ À relire : En Europe, une politique d’asile qui ne va cesser de se durcir